Partagez cet article !

Dans cet article, je vous présente les indices clés pour identifier la présence du varroa, un parasite dévastateur pour les colonies d’abeilles.

Pendant l’hiver, il arrive que l’on constate qu’une de nos ruches est vide, complètement déserte 😲 ! Comme si les abeilles avaient disparu de la ruche après avoir fait l’état des lieux. Le plancher est assez propre, il y a des réserves, et la colonie était forte en fin de saison.

Mais que s’est-il passé ?

Où sont passées les abeilles ?

L’une des principales raisons est l’affaiblissement de la colonie à cause du de la varroose. La varroose est une maladie complexe dont les effets sont multiples, elle est causée par le varroa un acarien parasite des abeilles domestiques.

En regardant les forums d’échange avec d’autres apiculteurs, je m’aperçois que beaucoup (vraiment beaucoup) d’apiculteurs ne savent pas détecter les traces et indices que laissent le varroa et la varroose sur leurs cadres de ruche.

Et pourtant il existe 3 indices très simples qui permettent de détecter les signes de la présence du varroa dans la ruche.

1° indice : abeilles mortes en sortant de l’alvéole

Le premier indice pour savoir si le varroa est présent dans sa ruche est de regarder s’il y a des abeilles mortes avec la tête sortie hors de la cellule.

Abeille varroa tête sortie
Le varroa affaiblit les abeilles qui parfois meurent juste après leur naissance
Abeille varroa tête sortie
Affaiblie, l’abeille contaminée par le varroa meurt dès la sortie de sa cellule
Abeilles varroa têtes sorties

La raison de cette mort est que lorsque l’abeille était à l’état de larve, une varroa femelle mature est venue pondre dans la cellule. Les varroas élevés dans la cellule ont par la suite affecté la nymphe en s’y attachant.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Est-ce que les fourmis sont un danger pour les abeilles et la ruche ?

Les varroas se sont nourris des corps gras et de l’hémolymphe des abeilles.

La ponction par le varroa de ces deux composants vitaux chez l’abeille entraîne un affaiblissement significatif de l’insecte

Dès leur naissance, dans un ultime effort, les abeilles qui naissent essayent de sortir de leur cellule. Mais, trop affaiblit par ce parasite qui a « aspiré » leurs forces, l’abeille meurt la tête tout juste hors de la cellule, la langue tirée.

2° indice : Opercules perforés

Le deuxième indice est de détecter des signes d’opercules perforés.

L’opercule est la pellicule de cire que les abeilles utilisent pour fermer les alvéoles. L’operculation des alvéoles contenant le couvain, survient 9 à 10 jours après la ponte de la reine dans l’alvéole.

Les opercules qui ont des trous signifient que la nymphe à l’intérieur est morte. Là encore, le varroa a tellement affaibli les nymphes, qu’elles sont mortes avant d’atteindre le dernier stade de leur développement.

Attention ! Le couvain perforé peut être également un signe de loque américaine (qu’est-ce que la loque américaine ? ).

Il est prudent de chercher plusieurs indices avant de conclure le diagnostic d’une ruche.

Ainsi, des abeilles mortes la tête en dehors de la cellule et des opercules perforées font pencher le diagnostic vers une infestation de varroa.

3° indice : excréments de varroa dans les cellules

Enfin, le troisième indice permettant de détecter une infestation de varroa est de chercher des points et taches blanches à l’intérieur des parois des cellules.

Les excréments de varroa ressemblent à de petites miettes blanches (à ne pas confondre avec des miettes de cire de couleur jaune)

Excrément varroa
Au centre, en bas de la photo, vous pouvez voir des petites miettes blanches. Le varroa est passé par là
indices varroa feces
Les excréments (fèces) de varroa sont visibles à l’œil nu

Indice bonus : les varroas sur les abeilles mortes

Pendant un hiver, j’ai perdu une ruche à cause du varroa.

Une ruche que j’ai hivernée sur 8 cadres, avec des partitions isolantes de chaque côté, avec un traitement à l’acide oxalique réalisé juste après la récolte.

La ruche était pleine de miel, aucune trace de couvain, très peu de cadavres sur le plancher.

J’ai retrouvé par contre plusieurs dizaines d’abeilles mortes dans la ruche, sur les cadres. J’ai donc inspecté les cadavres des abeilles pour connaître la raison de cet écroulement de la colonie.

Et après plusieurs inspections, j’ai remarqué un nombre très important de varroas sur les cadavres d’abeilles. Jugez en vous-même sur les photos.

Du coup, j’en déduis que les varroas qui ont causé l’effondrement de la colonie étaient dans le couvain au moment du traitement, du coup le traitement n’a pas pu faire effet.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les meilleures ressources pour connaitre le varroa et la varroose (MAJ 2024)

Car oui, il faut savoir qu’en phase de croissance, seuls 20% des varroas sont en phase de phorésie c’est-à-dire qu’ils sont en dehors du couvain. 80% des varroas sont dans le couvain.

Petit parasite et immenses dégâts

Le varroa est minuscule, il est de la taille d’une miette de pain, et pourtant c’est l’ennemi n°1 de tous les apiculteurs, c’est la première cause de mortalité des ruches.

Toutes les ruches sont touchées par ce fléau qui nécessite un traitement, c’est une obligation pour l’apiculteur d’être vigilant et de traiter systématiquement s’il n’a pas le matériel pour vérifier le niveau de pression du varroa dans ses ruches

Afin de pouvoir atténuer la pression du varroa, il est important de:
1- Connaître le varroa: son cycle de reproduction, de quoi il se nourrit, quand
2- Savoir le détecter et le compter dans la ruche
3- Connaître les différents traitements qui existent pour tuer le varroa. Il est recommandé d’utiliser plusieurs traitements.
4- Vérifier l’efficacité des traitements en comptant après chaque traitement

Je vous recommande d’écouter Frédéric, un apiculteur qui traite ses ruches contre le varroa en utilisant des produits biologiques.
Interview de Frédéric

Comment traitez-vous le varroa dans vos ruches ?


Partagez cet article !