mes premieres ruches

Mes Premières Ruches

Partagez cet article !

Voici une interview en format audio (podcast). Je vous présente Frédéric, apiculteur en Savoie depuis 2014, et je suis très heureux de vous partager nos discussions, car Frédéric m’a bien aidé lors de ma première saison d’apiculteur. Frédéric s’est lancé dans l’apiculture amateur bio, il ne fait que des traitements anti-varroa avec des solutions naturelles (acide oxalique, acide formique).

varroa acide oxalique
Traitement bio anti-varroa à l’acide oxalique

Avertissement

Précision: les interviews sont réalisées auprès des multiples apiculteurs que j’ai rencontrés au gré de mes recherches. Vous allez écouter leur histoire, leur passion pour les abeilles et leurs techniques. Leurs propos n’engagent qu’eux !

Chaque apiculteur a ses petits secrets, ses petits trucs et nous avons la chance qu’ils nous les partagent ! 

Bonne écoute et bonne immersion dans leur histoire !

Synthèse de l’interview de Frédéric qui fait de l’apiculture bio

Frédéric est apiculteur amateur et a débuté en 2014.

Débuts et motivations en apiculture

Frédéric explique qu’il a commencé l’apiculture en 2014 après avoir suivi une formation en apiculture dans un rucher-école et s’être installé à la campagne. Il a été inspiré par les abeilles qu’il observait dans son jardin et a décidé de se lancer dans l’apiculture pour les protéger et avoir du miel. Il a débuté avec deux ruches et en possède désormais sept.

Ruches débutants apiculture
Rucher de 7 ruches

Expérience et évolution vers l’apiculture bio

Au fil des années, Frédéric s’est familiarisé avec l’apiculture et a développé des compétences en matière de gestion de ruches. Il a d’abord lu beaucoup de livres sur le sujet et participé à des formations pour apprendre les bases de l’apiculture. Au fur et à mesure de sa pratique, il a acquis de l’expérience et est devenu plus à l’aise avec la manipulation des ruches. Il reconnaît l’importance de la formation et des rencontres avec d’autres apiculteurs pour partager les connaissances et les expériences.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   #21 - Créer une application de suivi de ses ruches - Damien

Depuis quelques années il pratique une apiculture biologique

L’abeille noire et l’apiculture en France

Frédéric exprime un intérêt pour l’abeille noire, une espèce endémique et typique de certaines régions en France. Il souhaite essayer de travailler avec cette espèce, bien qu’il ne la connaisse pas encore très bien. Il souligne l’importance de la formation et du soutien des syndicats apicoles pour aider les débutants à s’initier à l’apiculture et à travailler avec différentes espèces d’abeilles.

groupe apiculteurs
Groupe d’apiculteurs en rucher école

Conseils pour les débutants en apiculture

Frédéric insiste sur l’importance de suivre une formation, souvent gratuite, pour les personnes souhaitant se lancer dans l’apiculture. Il explique que cela permet d’éviter les déceptions et de maîtriser les bases de l’apiculture. Il conseille également de se familiariser avec la vie d’une colonie d’abeilles sur une année et d’apprendre à intervenir à bon escient. Il estime qu’il faut environ deux heures par semaine pour gérer sept ruches pendant la saison et moins d’interventions pendant les mois d’hiver.

L’avenir de l’apiculture en France et dans le monde

Frédéric pense que l’apiculture amateur connaît une croissance importante en France, tandis que l’apiculture professionnelle n’a pas le même niveau de croissance. Il souligne la nécessité de lutter contre les néonicotinoïdes et d’autres produits phytosanitaires qui nuisent aux abeilles, ainsi que de s’adapter aux changements climatiques et aux variations environnementales. Il plaide en faveur d’un développement de l’apiculture professionnelle, notamment pour stimuler l’emploi en milieu rural.

En résumé, cette interview offre un aperçu intéressant de l’expérience d’un apiculteur amateur, de ses motivations, de son parcours d’apprentissage et de ses réflexions sur l’avenir de l’apiculture en France et dans le monde. J’ai beaucoup aimé son conseil qui est devenu un principe de base : commencer par des bases simples pour ensuite aller vers du spécifique, Frédéric a commencé avec une apiculture standard pour ensuite se tourner vers l’apiculture bio.

Frédéric souligne l’importance de la formation, de l’échange d’expériences et de la collaboration entre apiculteurs pour améliorer les pratiques apicoles et assurer la santé des abeilles. Il exprime également ses préoccupations concernant les défis auxquels l’apiculture est confrontée, telles que les produits chimiques, les maladies et les changements climatiques, tout en plaidant pour un développement plus important de l’apiculture professionnelle en France.


Partagez cet article !