mes premieres ruches

Mes Premières Ruches

           apprendre l’apiculture de A à bzzzzzz, ensemble ! 

Partagez cet article !

Comprendre la ruche, son origine, comment elle a évolué dans l’histoire ainsi que les différents types de ruches qu’il existe sont des notions élémentaires de l’apiculture. Car sans ruche, point d’apiculture.

L’apiculture est la combinaison de plusieurs éléments dont l’abeille, l’apiculteur et la ruche sont des composants clés.

Deux ruches en bois dans un champ
Ruches en bois

Dans cet article, je vais parler des ruches pour les abeilles de la famille Apis et non pas des abris pour les abeilles solitaires. Les abeilles solitaires ne vivent pas dans des espaces clos, créés par l’homme. Elles ne restent pas à un même endroit comme dans une ruche.

Il existe certes des abris ou hôtels artificiels pour les abeilles solitaires, mais elles n’y restent pas bien longtemps.

Je vais tout vous dire sur les ruches pour les abeilles domestiques, appelées également abeilles pollinisatrices, même si elles ne sont pas les seules pollinisatrices, loin de là.

Reine des abeilles sur un rayon de la ruche
Voici les abeilles domestiques que nous connaissons tous

Définition et origine de la ruche

Définition

La définition pure et simple de la ruche selon le Larousse est

Habitation d’une colonie d’abeilles

Larousse


C’est simple, à l’origine, la ruche est un espace de vie artificiel dans lequel les abeilles vivent. L’objectif de cet habitat est que les abeilles s’y sentent le mieux possible afin qu’elles y restent, qu’elles s’y développent et qu’elles y produisent du miel & Cie.


Donc, c’est quoi une ruche ? La ruche est à l’origine un habitat, un espace de vie créé par l’homme dans lequel un essaim d’abeilles sociales s’installe et se développe.

Intérieur d'une ruche avec les abeilles
La ruche est l’habitat, la maison d’un essaim d’abeilles

Depuis quand est-ce que l’on utilise des ruches ? Et qui s’en occupe ?

Un peu d’histoire

La ruche existe depuis bien, bien longtemps.

Les traces les plus anciennes des ruches remontent au temps de l‘Egypte Antique, sur des fresques des tombeaux de Louxor. Ces fresques remontent à 2400 ans, c’est à dire au VIe siècle av J.C.

Il y a également des références à la ruche sur des bas-reliefs du temple solaire d’Abou Ghorab en Égypte, qui datent de 2.500 ans av. J.C. Ces bas reliefs illustrent un exemple de domestication des abeilles.

Domestication abeille ruche
Bas-relief d’Abou Ghorab représentant la domestication des abeilles

Voilà ce dont on peut être sûr.

Toutefois, on peut supposer que d’autres civilisations ont entrepris bien avant de fabriquer des ruches afin de domestiquer les abeilles, on ne sait pas exactement l’origine de la ruche.

Les abeilles s’adaptent facilement à toutes sortes d’abris tant qu’elles sont protégées de l’extérieur (intempéries, vents dominants) et qu’elles disposent de ressources nectarifères.

Qui est-ce qui s’occupe des abeilles ?

C’est l’apiculteur qui s’occupe des abeilles.

Que font les abeilles dans la ruche ?

Les ruches étant des habitats artificiels, les abeilles font la même chose que lorsqu’elles sont dans un habitat naturel. C’est-à-dire créer un essaim composé d’une reine, d’abeilles ouvrières et de faux bourdon.

Cet essaim développe un couvain qui est pondu par les reines, les abeilles ouvrières se divisent le travail afin d’assurer le développement, la bonne santé, et l’apport de nourriture dans la ruche.

Essaim abeilles cadre ruche
On retrouve exactement la même population d’abeilles dans une ruche que dans un habitat naturel: une reine, des ouvrières et des mâles

Quels sont les éléments qui composent une ruche classique ?

Une ruche étant un habitat, il répond aux critères de conception d’habitat classiques, c’est à dire:

  • Un toit
  • Un plancher
  • Des parois

On retrouve ces 3 éléments dans tous les formats de ruche: ronde, carré, horizontale, verticale …

plusieurs types de ruche
De gauche à droite: 2 ruches verticales, une ruche ronde et une ruche kenyane.
Quelle ruche se rapproche le plus de l’habitat d’origine selon vous ?

Pourquoi la ruche ?

La ruche, vous l’avez compris, est un habitat artificiel. Elle a été créée pour répondre à plusieurs vocations.

La ruche pour domestiquer l’abeille

La domestication de l’abeille signifie que l’on maîtrise l’espace dans lequel elle vit. Cet espace c’est la ruche, et là où est installée la ruche, c’est le rucher.

Ruche vide pour les abeilles
Voilà l’espace de vie des abeilles

Grâce à cet espace clos, l’essaim d’abeilles est contenu dans un espace, la ruche est installée à un emplacement prédéfini, choisi par l’apiculteur. C’est un peu comme un enclos, il délimite un espace.

La ruche est un espace de travail pour l’apiculteur à destination de ses abeilles
Comme un verger un espace de travail pour l’agriculteur à destination des fruits et légumes
Comme un enclos est l’espace de travail pour un éleveur à destination de son bétail
Comme une pisciculture est l’espace de travail pour un pisciculteur à destination de ses poissons

La ruche pour faciliter le travail de l’apiculteur

Ouverture ruche kenyane
Une ruche à côté de chez soi, quel luxe !

Le gros avantage d’une ruche est de pouvoir la placer pratiquement où l’on veut, sur son propre terrain ou un terrain proche de chez soi. Cela situe précisément où l’apiculteur travaille.

Il peut ainsi organiser son travail, stocker son matériel et intervenir dans un périmètre de travail défini. La ruche permet également de grandement aider à prélever la récolte du miel.

La différence avec le cueilleur de miel

groupe recolte miel
Un groupe de cueilleurs de miel népalais

C’est tout le contraire par rapport au cueilleur de miel, dont j’ai relaté plusieurs fois le mode de vie. Ils vont à la chasse au miel sans savoir précisément là où se trouvent les essaims et quel matériel est à prévoir. Je ne dénigre aucunement cette pratique (je l’admire même secrètement), je tiens à distinguer la différence de pratique entre l’apiculture domestique et « l’apiculture sauvage ».

Préserver la santé de l’apiculteur

Le choix de l’emplacement de la ruche permet de préserver la santé de l’apiculteur, notamment son dos qui est son allié le plus précieux.
C’est comme les chasseurs-cueilleurs qui se sont ensuite sédentarisés. D’une logique de cueillette, de récolte de ce qui est  existant (des fruits, des baies, du miel…) les hommes se sont sédentarisés afin de pouvoir avoir un contrôle sur leur travail et une meilleure maîtrise. Ils y gagnent du temps et également un plus grand confort de travail.

La ruche pour faciliter la surveillance de la santé des abeilles, leur développement

Grâce à cet espace clos, installé à l’emplacement choisi par l’apiculteur, la visite de la ruche est grandement facilitée.

L’apiculteur peut programmer des visites afin de

  • Vérifier le développement de l’essaim: sa population
  • Se tenir au courant des réserves dans la ruche: nectar, pollen, miel
  • Augmenter l’espace de la ruche s’il y a des miellées
  • Entretenir l’espace entourant la ruche: végétations, arbres.
  • Observer le développement de la flore aux alentours de la ruche

La ruche pour créer un espace de vie

Grâce à la ruche, les abeilles ont un espace de vie dédié. Un endroit dans lequel tout est fait pour qu’elles s’y sentent bien avec

  • Un emplacement particulier pour la ruche dans un lieu calme, préservé, proche de ressources nectarifères
  • Des matériaux spécifiques pour qu’elles aient chaud, qu’elles soient préservées des nuisibles, des vents dominants
  • Des cadres mobiles afin que l’apiculteur puisse observer l’état sanitaire de la ruche et intervenir au besoin

Bien sûr l’espace de vie dépend de chaque apiculteur, le but étant d’allier le confort des abeilles et le confort de l’apiculteur.

Ruches paisibles dans un jardin

L’histoire et l’évolution de la ruche à travers le temps

La ruche est un outil de travail créé par l’homme.

Au fur et à mesure de ses expériences, du développement de son savoir sur l’abeille et de sa connaissance des matériaux, l’homme a développé différents types de ruches.

Les premières ruches

Les premières ruches à avoir été créé ont été des troncs d’arbres creux qui étaient coupés dans une certaine taille. Ces troncs d’arbres creux, ou ruche tronc étaient ensuite installé sur des parcelles de terrain, l’apiculteur attirait un essaim ou prenait un essaim d’une ruche sauvage et l’installait dans cette ruche tronc. Il existe des apiculteurs qui continuent de faire perturber cet art de la ruche tronc.

Les Égyptiens, de l’Egypte Antique, utilisaient des jarres pour héberger les essaims d’abeilles.

Représentation d'un apiculteur en Egypte
Égyptien ayant le rôle d’apiculteur, il utilise des jarres (source: planetbee.org)

Les Grecs inventent le cadre mobile…

Nous devons aux apiculteurs grecs la première ruche à cadre mobile en argile cuite ou en osier, il y a 25 siècles. Le rôle du cadre mobile est de

  • guider les abeilles dans leur construction
  • vérifier l’état du développement de l’essaim: ponte, provision …
Ruche en osier de la grèce antique
La ruche grecque en osier avec des barrettes en bois mobile

… mais leur invention tombe dans l’oubli pendant plus de 2.000 ans

Pour une raison que nous ne connaissons pas, cette innovation du cadre mobile créé par les Grecs n’a pas perduré car du 5e siècle avant J-C jusqu’au 19e siècle après J-C, les ruches ont très peu évolué.

Elles étaient toujours en paille, en osier et en terre cuite, avec des cadres non mobiles.

Le début du 19e siècle montre une révolution très importante de la ruche.

En se basant sur les ruches des apiculteurs grecs avant JC, l’apiculteur ukrainien Petro Prokopovich a conçu en 1806 une ruche en bois verticale équipée de cadre mobile. L’idée fut reprise sous un modèle différent par Charles Debeauvoys en 1844, puis par L. Lorraine Langstroth et ensuite par Charles Dadant.

Le grand bond de l’apiculture a été de passer du fixisme, c’est à dire des ruches d’un seul bloc avec des rayons de cire construits par les abeilles, au mobilisme, ce sont des ruches qui permettent d’avoir des cadres mobiles qui seront utilisées par les abeilles pour la construction de rayon. C’est la révolution de l’apiculture et la production de miel a grandement augmenté à partir de ce moment là.

apicuture dadant Debeauvoys Langstroth Prokopovich
Dans l’ordre: Petro Prokopovich, Charles Debeauvoys, Charles Dadant et L. Lorraine Langstroth

Depuis la moitié du XIXe siècle, les ruches ont peu évolué et ont gardé les mêmes principes d’une ruche en bois avec des cadres mobiles.

Pourquoi le format de la ruche a évolué du tronc à la ruche que nous connaissons ?

À l’origine, la ruche était très proche de l’habitat d’origine des abeilles, c’est à dire

  • Très difficilement mobile
  • Observation difficile
  • Peu de modularité: agrandissement ou rétrécissement de la ruche très compliqué

De nos jours, la ruche moderne, telle que nous la connaissons a un format plus lointain de l’habitat naturel.

Par contre les ruches actuelles sont plus mobiles, modulables avec la possibilité d’agrandir et diminuer facilement la ruche en empilant d’autres éléments dessus.

Elles permettent à l’apiculteur de facilement observer l’intérieur de la ruche afin « lire » les cadres de la ruche dans le but de vérifier l’état de son développement et son état sanitaire.

Une ruche plus accessible, qui facilite l’intervention de l’homme

On se tourne donc vers une apiculture où l’homme intervient plus facilement, on s’éloigne de la ruche d’origine plus proche de l’habitat naturel des abeilles.

L’apiculteur endosse en effet un nouveau rôle: vérifier l’état des parasites et des maladies dans la ruche.

Malheureusement, nul apiculteur ne peut négliger de veiller sur l’état sanitaire de ses colonies. Le varroa, la loque européenne, la loque américaine ….. toutes ces maladies obligent l’apiculteur à ne pas négliger ce nouveau rôle sanitaire.

Plusieurs varroas morts
Ce minuscule parasite est un des plus grands fléaux de l’apiculture depuis la fin du XXe siècle

Si vous débutez en apiculture, je vous recommande de lire la section « Débutants, commencez ici » dans laquelle j’ai référencé toutes les notions élémentaires pour débuter en apiculture.

Critiques sur nos ruches actuelles

Plusieurs maîtres apiculteurs comme Jean Riondet, considère que nous faisons vivre les abeilles dans des espaces inadaptés à leur biologie: des caisses en bois avec des parois fines, dans des ruchers où la concentration d’abeilles est forte.

Dans la nature, leur habitat d’origine n’est pas la ruche mais un tronc d’arbre creux aux parois épaisses. Le faible nombre de troncs d’arbres permet d’assurer un éloignement entre les colonies et évite le phénomène de dérive.

Les 3 différents types de ruches

L’apiculture est un art dont les outils ont évolué au fur et à mesure des années. C’est également le cas pour l’habitat artificiel des abeilles qu’est la ruche, qui s’éloigne de l’habitat d’origine.

Différents types de ruches ont été inventés, car les hommes ont observé qu’un essaim d’abeilles se développent en hauteur et en largeur et de manière circulaire.

En effet, lorsque l’on ouvre une ruche, on voit que l’essaim se développe comme un ballon (de différentes tailles selon le moment de la saison).

Les apiculteurs qui se sont intéressés au format de la ruche ont développé plusieurs formats de ruches que je vous explose ici.

Dans chaque pays, dans chaque région, on rencontre une multitude de modèles de ruches.

Je ne vais pas vous citer les innombrables modèles de ruches, mais simplement les catégories de ruches que l’on peut regrouper en ruche verticale, ruche horizontale, ruche ronde.

Certains types de ruches se veulent plus modernes que d’autres, plus naturelles, plus traditionnelles, plus mobiles, plus maniables. Je vous propose de vous les faire découvrir.

La ruche verticale, la plus classique

C’est le type de ruche qui est particulièrement répandu en France: il y a un élément de base sur lequel on ajoute d’autres éléments.

ruche verticale toit
Voici un exemple type de ruches verticales. On empile des caisses en bois

Exemple

  • Un corps de ruche Dadant sur lequel on ajoute une hausse (ou plusieurs si les miellées sont importantes)
  • Un élément Warré sur lequel on ajoute d’autres éléments
Ruche Warré

C’est le type de ruche que l’on peut appeler de manière commune: « l’empilage de caisse » comme le dit ironiquement Jean Riondet dans son interview sur ce blog

Les modèles de ruches les plus communs qui font partie de cette catégorie sont:

  • La ruche Dadant
  • La ruche Warré
  • La ruche Langstroth
  • La ruche Voirnot
  • La ruche Layens
  • La ruche Zander

Horizontale, un type de ruche moins commun

Bien moins répandu en France, le type de ruche horizontale est pourtant un format qui a des avantages.

C’est un type de ruche qui se popularise, est-ce un phénomène de mode ou est-ce que cela ces ruches vont durablement s’ancrer dans le paysage apicole français ?

La ruche kenyane fait partie de ce type de ruche. Elle se compose d’un grand élément sur lequel ajoute ajoute ou enlève des barrettes de bois avec une amorce de cire, ils font office de cadre. Quand l’essaim se développe, on ajoute des barrettes pour que les abeilles cirières fabriquent de nouveaux rayons. Quand la saison froide commence, l’apiculteur réduit le nombre de barrettes pour que l’essaim reste au chaud pendant l’hiver: moins d’espace à chauffer, moins d’énergie dépensée.

La ruche tronc allongé est un autre modèle de ruche. On trouve ce type de modèle en Afrique du Sud.

Le format rond, une ruche alternative et proche de l’habitat d’origine

Des apiculteurs ont créé des ruches rondes, oui, oui !

ruche suspendue ronde pour les abeilles
Quelle ruche étonnante !

Les rayons de cire constituent une forme ovale, on pouvait créer une ruche qui épouse cette forme pour se rapprocher le plus possible de la construction naturelle des rayons. L’inconvénient de ce type de ruche est que ce n’est pas possible d’agrandir l’espace dans la ruche sauf pour les ruches ovoïdes en terre cuite.

Il y a des ruches rondes en format de panier en osier, en argile, en terre cuite.

Tableau comparatif des différents types d’habitats des abeilles

VerticaleHorizontaleRonde
Agrandir l’espace dans la ruche Très facilePossible mais limitéTrès difficile
Déplacer la rucheFacile si peu d’élèmentsFacile mais lourdFacile
Surveiller le développement sanitaire de l’essaimTrès facileFacile pour certains modèlesTrès difficile
Proche de l’habitat naturel des abeillesAssez éloignéAssez éloignéProche

Les matériaux de la ruche

Il existe différents matériaux pour construire une ruche, sachez je ne vais pas vous faire une étude sur le poids, la densité, l’isolation de chaque matériau, je tiens simplement à vous donner un aperçu global de ce qui existe.

Les différents matériaux qui existent pour fabriquer une ruche
MatériauCaractéristiques
BoisMatériau le plus répandu pour la fabrication de ruches, c’est solide et c’est durable. Il faut veiller à prendre un bois de qualité tel que le douglas ou le pin maritime (pin des Landes).
L’épaisseur de la ruche est également importante, elle doit être de 25mm
Les inconvénients du bois est qu’il doit être peint pour qu’il dure dans le temps, c’est également un matériau lourd qui requiert une 2e personne pour porter un corps de ruche 10 cadres avec un essaim dedans
PlastiqueLe plastique vient répondre aux 2 inconvénients de la ruche en bois: il n’y a pas besoin de traiter ou peindre le plastique et c’est bien plus léger que le bois. C’est également moins cher d’acheter une ruche en plastique par rapport à une ruche en bois
Néanmoins, cela reste du plastique, une matière obtenue par distillation du pétrole…
Un des inconvénients du plastique est qu’il a tendance a changer de former s’il est soumis à de fortes chaleurs, je ne parle même pas de l’odeur qu’il doit y avoir dans la ruche après 1 semaine de canicule
PolystyreneCette matière est utilisée surtout pour les ruchettes, elles sont très peu chères.
C’est la matière la plus légère qui existe pour le matériel apicole, c’est également très fragile. La version haute densité donne de bons résultats si on hiverne une colonie dedans, en effet l’isolation est performante.
TroncBoum ! On rentre dans la catégorie des mastodontes. La ruche tronc permet une bonne isolation pendant l’hiver grâce à ses 10cm d’épaisseur de parois. Un tronc de châtaignier est imputrescible, résistant aux agents pathogènes (bactéries) et très isolant. Par contre le tronc est très difficilement déplacable
Terre cuite On les appelle également des ruches ovoïdes. Parmi les avantages de ce type de ruche est le maintien de la température et la régulation thermique, en effet la terre cuite qui a des qualités d’isolation, d’inertie thermique et de régulateur hygrothermique. Des doutes sont émis sur la résistance de cette matière à des températures très basses et la durabilité
Osier/paille L’osier et la paille sont des matières qui permettent de mieux réguler la température et humidité. Grâce à son épaisseur de 5cm, une ruche en paille ou en osier possède donc des propriétés isolantes intéressantes. C’est une matière légère qui permet de facilement déplacer la ruche
BriqueEt oui, c’est également possible de construire une ruche en brique. Comme quoi, une ruche peut être faite avec tout type de matériau. La brique est isolante, mais inamovible, par contre je n’ai pas d’informations sur l’incidence sur l’humidité de la ruche, le développement de la colonie en été ou en hiver.

Ainsi, vous venez de découvrir qu’il existe différents types de matériaux pour la ruche, certains sont naturels, d’autres sont créés par l’homme.

L’homme essaye de trouver le meilleur compromis entre être la ruche la plus proche possible de l’habitat d’origine des abeilles et la facilité de gestion, de déplacement et d’entretien de l’habitat.

Et vous, quel matériau affectionnez-vous particulièrement pour les ruches?

Comment choisir une ruche ?

C’est une vaste question.

Si vous êtes dans le cas de figure où vous hésitez entre plusieurs types de ruches et plus matériaux, je vous propose une série de questions auxquelles je vous invite à répondre afin de vous aider à faire votre choix.

Un apiculture se questionne à côté de son rucher
Le choix d’un type de ruche est primordial avant de se lancer dans de coûteux achats

Quel est votre objectif en voulant faire de l’apiculture ?

  • Récolter du miel => format vertical
  • Maintenir une race d’abeilles locales => vous avez le choix entre les 3 formats de ruches

Je débute en apiculture, quel type de ruche choisir ?

  • Si vous connaissez un apiculteur qui a un format de ruche particulier et qui peut vous accompagner => adoptez le même modèle que lui
  • Si vous ne connaissez aucun apiculteur proche de chez vous, optez pour un format classique => format vertical

Quel est votre budget par ruche ?

  • Si vous avez un budget restreint => optez pour un type de ruche répandu (format vertical). Plus le type de ruche est spécifique et plus le matériel vaut cher
  • Vous n’avez pas de limite de budget => vous avez le choix entre les 3 formats de ruches

Sur quel terrain voulez-vous installer vos ruches ?

  • Sur votre propre terrain => vous avez le choix entre les 3 formats de ruches
  • Sur le terrain de quelqu’un d’autre => je vous suggère de choisir un format de ruche mobile (vertical ou ovale) si le propriétaire change d’avis

Vous voulez déplacer vos ruches ?

  • Choisissez un format de ruche facilement déplaçable => format vertical ou format oval

Et si je veux fabriquer mes propres ruches ? Comment la fabriquer ?

Il existe beaucoup de plans sur internet qui vous guideront dans la fabrication de votre ruche. Je vous suggère de bien vous préparer avant de vous lancer dans cette entreprise: outils, temps de fabrication, type de matériau.

Fabriquer sa propre ruche demande du temps, du matériel et des plans
Construction d’une ruche kenyane

Un des grands conseils que j’ai retenu d’un apiculteur qui fabriquait ces ruches est « Il suffit d’un écart de 0,5mm dans un plan pour que cela mette le bazar dans la gestion de son rucher »

Si la ruche en paille vous intéresse, l’association 1001 Abeilles organise 1 à 2 fois par an un atelier de fabrication de la Sun Hive, une ruche en osier et en seigle

Un livre pour aller plus loin pour réfléchir à son choix de ruches

Choisir une ruche alternative

Ruches de biodiversité – Pour que l’abeille retrouve sa nature sauvage de Bernard Bertrand

Description du livre

Nous sommes de plus en plus nombreux à souhaiter l’implantation d’une colonie d’abeilles dans notre jardin, sans pour autant vouloir en récolter le miel. Les ruches de biodiversité répondent à ce besoin ; les construire est facile, à la portée de tous et peu coûteux… Bernard Bertrand vous propose plusieurs modèles simples, à vous de choisir celui qui vous convient. Dans sa réflexion, il nous invite aussi à reconsidérer les causes profondes du mal-être des « mouches à miel » domestiques. Il nous propose de changer notre rapport à l’abeille, d’être plus respectueux de sa vie intime, pour lui permettre de renouer avec sa vraie nature sauvage. L’enjeu est de taille : mieux armée, l’abeille pourra à nouveau s’adapter et résister aux multiples agressions subies.

Quel type de ruche préférez-vous ?


http://fleurdeciel.fr/savoir-faire/evolution-de-la-structure-de-la-ruche/
Maison photo créé par serhii_bobyk – fr.freepik.com


Partagez cet article !
%d blogueurs aiment cette page :