Partagez cet article !

J’√©tais tranquillement en train de siroter un cappucino dans le centre de Lyon lorsque j’entends des bribes de discussion : ¬ę¬†abeilles¬†¬Ľ …. ¬ę¬†miellerie¬†¬Ľ …. ¬ę¬†apiculture bio¬†¬Ľ ….. ¬ę¬†projet¬†¬Ľ ūüĎā

Tous ces mots ont retenu mon attention, si bien que je suis allé discuter avec le jeune homme qui les avait prononcés.

Apr√®s quelques minutes de discussion, je me suis aper√ßu que j’avais devant moi un apiculteur tr√®s exp√©riment√©, qui a de solides connaissances, un √©norme projet et une certaine timidit√© pour le partager.

Je lui propose alors de casser la cro√Ľte √† la maison et de venir me parler plus en d√©tail de son projet et de l’interviewer.

C’est √† peu pr√®s ainsi que c’est d√©roul√© la rencontre avec Bertrand Audet.

Bertrand est √Ęg√© d’une trentaine d’ann√©es. Il est dipl√īm√© notaire depuis 2022 et son passe-temps le weekend est de s’occuper de ses ¬ę¬†quelques¬†¬Ľ ruches. Il en a 190 !!

En préambule

Les apiculteurs avec qui j‚Äôai eu le plaisir de discuter ont parfois des objectifs et des pratiques apicoles tr√®s diff√©rents. Vous allez d√©couvrir leur histoire, leur passion pour les abeilles et leurs techniques. 

Chaque apiculteur a ses petits secrets, ses petits trucs et nous avons la chance qu‚Äôils nous les partagent ! 

Bonne écoute et bonne immersion dans leur passion

Toutes les autres interviews sont disponibles sur cette page

Livres recommandés par Bertrand

Interview avec Bertrand Audet, notaire et apiculteur avec 190 ruches

(J’ai utilis√© un logiciel de transcription d’audio en texte. Certains mots ou phrases risquent d’avoir quelques impr√©cisions et je m’en excuse. C’est juste tr√®s long de tout retranscrire √† la main ūüėú)

Guillaume : Bonjour Bertrand. Est-ce que tu peux commencer par te pr√©senter s’il te pla√ģt ?

Bertrand : Alors je suis Bertrand Audet, je suis √† la fois notaire et apiculteur. J’ai commenc√© √† avoir des ruches depuis 2010. L√† j’en ai 190 qui sont bio. Donc je suis en bio depuis 2022. J’ai commenc√© ma conversion en 2021 et je suis en bio depuis 2022. Je pratique un petit peu la transhumance sur le miel de lavande. Quel type de ruche j’ai ? Donc je suis sur la ruche de la dandicadre, un peu le standard dans notre secteur en tout cas. Moi je suis donc je suis bas√© en Sa√īne-et-Loire, j’ai des ruches en Sa√īne-et-Loire et dans le Rh√īne et puis en Dr√īme pour la lavande.

Guillaume : Comment tu t’es form√© ?

Bertrand : Alors j’ai pas de formation de base, en fait √ßa s’est pass√© un peu fortuitement, c’est √† dire que mon grand p√®re avait d√©j√† des ruches et il a arr√™t√© parce que les ruches sont mortes et en 2008, en allant installer, mon p√®re est agriculteur donc mon p√®re a install√© des vaches dans un pr√© o√Ļ il y avait ces fameuses ruches qui √©taient laiss√©es √† l’abandon et donc je me suis, je sais pas pourquoi, pour quelle raison je me suis approch√© de ces ruches et j’ai vu qu’il y avait de nouveau de l’activit√© donc je me suis rapproch√© d’un apiculteur de ma commune et on a un petit peu √©chang√© et puis moi l’id√©e de base √† ce moment l√† c’√©tait de transvaser ces rues dans de nouvelles parce qu’elles avaient √©t√© ab√ģm√©es par je sais pas si c’√©tait un pivet ou ce qui est… enfin elles √©taient ouvertes quoi et donc du coup je me suis rapproch√© de cet apiculteur, on a √©chang√©, il m’a montr√©… on a fait quelques journ√©es avec lui, j’ai √©t√© r√©colt√© avec lui et puis du coup j’ai commenc√© comme √ßa en allant vers cet aviculteur. Apr√®s j’ai fait une formation √† l’√©cole v√©t√©rinaire, une formation de TSA, pour tout ce qui est au niveau sant√© de l’abeille. Mais sur le principe j’ai pas de formation de base type BPO3 ou une formation professionnalisante en apiculture

Guillaume : Donc tu peux commencer, enfin tu peux être apiculteur sans avoir fait cette formation. Est-ce que tu le considères comme pro ?

Bertrand : Non, je ne le considère pas comme professionnel. РOK.

Guillaume : Mais il n’y a rien d’obligatoire ?

Bertrand : Il n’y a absolument aucune obligation en termes de dipl√īme pour exercer l’obligation d’agriculteur. √áa va √™tre juste par rapport aux DJA o√Ļ il peut y avoir justement une bonification… Enfin non, il n’y a pas DJA s’il n’y a pas de dipl√īme… DJA : Dotation Jeune Agriculture. – Donc pour s’installer en tant que jeune agriculteur et obtenir les aides, il faut avoir au minimum un dipl√īme. Alors maintenant c’est en train de changer et je crois que √ßa va √™tre bas√© √©galement sur l’exp√©rience. Ce sera un dipl√īme qui ne sera pas forc√©ment en agriculture, plus d’exp√©rience. Ceci fait qu’aujourd’hui quelqu’un qui sera typiquement, par exemple moi, comme moi, qui sera notaire pourra tr√®s bien, avec son dipl√īme de notaire et une exp√©rience en agriculture, pouvoir obtenir les FJA sans avoir eu aucun dipl√īme en agriculture.

Guillaume : √áa je savais pas qu’on pouvait commencer la culture sans avoir de dipl√īme, enfin, m√™me si tu veux, mettons que tu veux y passer pro, m√™me ils vont pas te demander de dipl√īme, tu vas dire ¬ę¬†bah de toute mani√®re t’as des ruches, enfin t’as juste √† faire, c’est juste une conversion administrative et c’est tout¬†¬Ľ. Tu peux y passer pro si tu veux.

Bertrand : Oui,  il n’y a aucune obligation. Il y a des obligations d√©claratives, mais il n’y a aucune obligation d’obtention de dipl√īme par rapport au m√©tier d’apiculteur. Mais l’apiculture en r√©alit√© g√©n√©rale c’est la m√™me chose.

Guillaume : Ok. Et donc t’as 190 ruches et √ßa fait donc… l’histoire de l’apiculture pour toi a commenc√© en 2008 mais tu dis que ton d√©but c’est en 2010.

Bertrand : Mon d√©but est en 2010, c’est l√† o√Ļ vous achetez ma premi√®re colonie.

Guillaume : Ok. Donc √ßa fait 13 ans. Comment √ßa a √©volu√© ton nombre de ruches ? J’ai commenc√© avec 5 et au fur et √† mesure de l’exp√©rience aussi,

Bertrand : Ouais mais en m√™me temps, c’est par ce biais l√†, c’est en augmentant r√©guli√®rement et en ayant… En fait √† chaque fois, on gagne en r√©activit√©, on analyse plus rapidement les choses Et en fait c’est ce qui permet que… Je pense que c’est une grosse erreur de s’installer du jour au lendemain avec 200 ruches, sans avoir au pr√©alable, s’√™tre un peu test√©. Moi, il y a une chose que je fais depuis 3 ou 4 ans, c’est que je n’utilise plus du tout de gants. Je visite sans gants du tout, je r√©colte m√™me sans gants. Et je trouve qu’en fait on n’a pas du tout les manipulations des abeilles, o√Ļ on est beaucoup plus respectueux et beaucoup plus calme, et au final, m√™me en termes de r√©activit√© des colonies, elles r√©agissent pas du tout de la m√™me fa√ßon, selon qu’on ait des gants ou selon qu’on ait pas de gants, parce qu’en fait on va √™tre plus minutieux en n’ayant pas de gants. Et je trouve qu’on s’am√©liore gr√Ęce √† √ßa aussi.

Guillaume

– Et par rapport aux allergies, j’ai souvent envie de dire que, √† force d’√™tre piqu√©, on peut d√©velopper une allergie aux piq√Ľres, est-ce que c’est vrai ou pas ?

Bertrand

Au contraire, il y en a certains qui disent qu’√† force d’√™tre piqu√©, eh bien…

Guillaume : Ah d√©j√†, c’est √ßa. Et une chose qui est s√Ľre, c’est qu’on r√©agit de moins en moins au fur et √† mesure des piq√Ľres.

Bertrand : C’est-√†-dire que moi aujourd’hui, quand je me fais piquer, √ßa me fait comme une… Enfin, √ßa fait comme si je me faisais pincer, mais j’ai pas de r√©action allergique, que je ne veux pas avoir de gonflement, ou m√™me une grosse aur√©ole autour de la piqure, ou quoi que ce soit. Et par contre, par rapport aux r√©actions allergiques, en fait √ßa peut intervenir √† n’importe quel moment. Je ne pense pas que ce soit li√© au nombre de piqures, √ßa peut √™tre… Et il y a des zones aussi qui sont plus sensibles que d’autres. Le nez, les oreilles… En fait les points d’acupuncture sont sans doute… on a sans doute un lien avec l√† o√Ļ on est piqu√©.

Guillaume

– Oui, totalement. Je suis impressionn√© quand m√™me de me dire que t’es notaire, enfin t’es notaire quoi.

Bertrand

– L√† je suis dipl√īm√© notaire. – Tu es dipl√īm√© notaire.

Guillaume

Mais c’est impressionnant, comment t’arrives √† trouver cet √©quilibre dans ton organisation ? Est-ce que tu travailles √† 100% dans vraiment 5 jours par semaine ?

Bertrand

– Je suis √† temps plein – Ok, c’est quand m√™me une certaine organisation √† voir entre… – Quasiment tout est week-end, ouais. – Quasiment tout est week-end, d’accord.

Guillaume

C’est impressionnant pour t’organisation.

Bertrand

– Je suis pas s√Ľr que ce soit si impressionnant que √ßa. En fait, c’est aussi… En fait, j’ai toujours suivi ce rythme-l√†, donc je sais m’adapter √† ce rythme-l√†. Et par exemple, pendant le Covid, j’ai pu visiter Miruche tout pendant la p√©riode Covid, puisque il n’y avait pas de limite de d√©placement par rapport √† la piqueture. Et en fait c’est √† ce moment-l√† que je me suis rendu compte que j’√©tais vraiment cadr√© pour faire toutes les semaines, de revenir toutes les semaines. Parce que si je revenais, du coup, par rapport √† mon Eurush √† l’√©poque, je revenais tous les trois jours, et ben en fait √ßa ne me laissait pas aller assez vite. Parce que j’avais, moi, mon raisonnement il est sur une semaine. Donc l’√©volution d’une colonie, je la connais sur une semaine. et je la connais pas sur 3 jours. J’ai pas ce param√®tre l√†, quoi. Je suis pas bas√©… Je suis bas√© sur un param√®tre d’une semaine √† une semaine, quoi.

Guillaume : Et on va parler plut√īt vers la fin de l’interview sur ton projet de mielerie, mais l√†, pour ton objectif √† long terme, √ßa serait… enfin c’est quoi ? Est-ce que tu devais avoir 300, 400, 500 ruches ? – Alors, oui… – Pour l’instant, tu sais pas encore.

Bertrand : Enfin, pour l’instant on va stabiliser un petit peu, mais l’objectif √† terme c’est d’augmenter mon nombre de coll√®gues, oui. C’est de pouvoir mettre en place un syst√®me, par le biais de la miellerie, dont on parlera apr√®s, de pouvoir salarier des gens, au moment o√Ļ justement il y a une forte augmentation d’activit√©, et pouvoir… – Bah, augmenter en puissance parce qu’aujourd’hui, il y a aussi une demande, un miel importante. Donc c’est dommage de ne pas pouvoir les pondre en l’√©tat, quoi.

pick up transport ruche
Le pick up de Bertrand

Guillaume : Et donc, ton miel, tu le vends à qui ?

Bertrand

– L√†, c’est uniquement… C’est principalement des revendeurs. – Donc √ßa va √™tre boulangerie, primeur, donc un magasin bio… – Oui, en fait √ßa tourne autour de √ßa, boulangerie, primeur, des petites √©piceries. Et puis apr√®s je fais quelques march√©s de No√ęl. J’ai un jardin de cocagne √† c√īt√© de chez moi, donc un syst√®me de mara√ģchage avec de l’emploi, de la r√©insertion par l’emploi. Et donc ils organisent des march√©s toutes les fins de mois et… et… qu’est-ce qu’il y a d’autre ? – Donc oui, c’est surtout revendeurs. – Surtout revendeurs.

Guillaume

– Donc tu fais appel √† un interm√©diaire qui lui s’adresse directement au consommateur, et √† part √ßa, tu fais quelques ventes directes ?

Bertrand

– Ouais. – Ok.

Guillaume

Et est-ce qu’on peut parler du prix ou pas ? Tu vends √† combien ton kilo ? Je sais pas si c’est le genre d’informations qu’on peut donner ?

Bertrand

– Alors √ßa va, c’est assez variable d’un revendeur √† l’autre, donc c’est pas √©vident de… – De donner une fourchette ? – Ouais. Je suis toujours questionn√©. En plus en bio. En plus en bio. – Alors apr√®s, mes tarifs sont g√©n√©ralement assez… assez comp√©titifs, je veux pas pratiquer des tarifs √† 30 ou 40‚ā¨/kg. Mais c’est peut-√™tre 1‚ā¨ sinon. – Ah, ok. – Parce qu’il y a d’autres marques qui ont √©t√© mises en place, qui pratiquent des tarifs tr√®s √©lev√©s, Et au final, il faut peut-√™tre s’interroger parce que est-ce que c’est pas eux qui ont raison, dans le sens o√Ļ en fait, si on inclut tous les co√Ľts mis bout √† bout, en fait, l’apiculture, enfin, la production de miel demande √©norm√©ment d’√©nergie et √©norm√©ment de de co√Ľts cach√©s, qu’on envisage √† peine en fait.

Guillaume

– C’est s√Ľr que toi tu as une vision un peu diff√©rente parce que ton m√©tier, tu es notaire, Et √† c√īt√©, c’est pas ton… donc l’application culture n’est pas ton activit√© principale, c’est… – Non. – C’est l’activit√© secondaire. Donc t’as un peu… c’est vrai que t’as pas la vision o√Ļ √ßa fait… enfin, c’est ton activit√© principale. Donc oui, peut-√™tre que √ßa vient un peu biaiser le raisonnement.

Bertrand

Et que… oui. C’est vrai que la… je comprends la question, oui. – Apr√®s, il y a tout plein d’activit√©s qui sont… o√Ļ aujourd’hui un artisan, que ce soit dans le b√Ętiment, il va avoir des tarifs assez √©lev√©s par rapport √† une qualification pas forc√©ment √©norme, et √† c√īt√© l’apiculture √ßa demande de plus en plus de technicit√©, et pour autant finalement la r√©mun√©ration d’un apiculteur elle n’est pas tr√®s √©lev√©e. Donc c’est bien de vouloir vivre de sa passion, Mais en m√™me temps, il y a aussi une r√©alit√© √©conomique qui est celle de beaucoup de personnes, c’est-√†-dire qu’il faut bien rembourser l’empreinte de sa maison, des charges li√©es aux enfants, donc au final, soit c’est l’√©pouse qui ram√®ne un salaire confortable, et l’apiculteur peut se permettre d’avoir des tarifs tr√®s raisonnables, mais est-ce que c’est la logique ? Je suis pas s√Ľr.

Guillaume

– Et l√† pour l’instant, donc avec tes 190 ruches, on va rendre bien 200, qu’est-ce que tu vends ? Tu vends donc du miel, ou est-ce que tu vends autre chose ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Interview #7 - Jean Baptiste - La biologie, l'abeille et les croisements

Bertrand

– Alors pour l’instant c’est essentiellement du miel, ouais. – D’accord. – Donc l√†, j’ai envie de d√©velopper un petit peu le pollen, et puis la propolis, parce que √ßa c’est quelque chose d’assez… qu’on trouve naturellement, produit naturellement donc autant l’utiliser. Mais √ßa ira jamais vers la production Gilets Royal puisque c’est compl√®tement notre m√©tier et c’est pas ce dont j’ai envie de faire.

Guillaume

Tu vends des esseins aussi ?

Bertrand

Je ne vends pas d’esseins, non.

Guillaume

Et donc, une question c’est pourquoi ce chiffre de 200 ? Est-ce qu’√† un moment tu es arriv√© √† un chiffre sup√©rieur et apr√®s t’es redescendu ou √† chaque fois c’est graduel ? Donc de 5 apr√®s 10 apr√®s 1… – Ah non, √ßa a toujours √©t√© graduel.

Bertrand

– √áa a toujours √©t√© graduel, ok. Donc on n’est pas… on est pour l’instant toujours sur une courbe qui augmente. – Ouais. – Ok. – Oui parce que l√† actuellement j’ai 190 colonies mais j’ai pas quand m√™me 190 rushs de production. Y’a un grand max 150 rushs en production quoi. – D’accord. – Le reste c’est des esseins… des esseins soit √† venir soit qui sont… qui sont √† d√©velopper.

Guillaume

– Oui. Est-ce que tu t’es fix√© un peu un ratio, ou tu vois un peu au gr√© des saisons ? Est-ce que tu te dis ¬ę¬†bon ben je veux que deux tiers de mes ruches soient en production cette ann√©e, et les autres en train de les d√©velopper, ou tu as fait des essais artificiels ?¬†¬Ľ

Bertrand

– Non, je fixe rien par rapport √† √ßa, parce que c’est vachement changeant d’une ann√©e √† l’autre. Une ann√©e o√Ļ on a un printemps comme l’ann√©e derni√®re, o√Ļ √ßa d√©marre tr√®s vite, tr√®s t√īt, enfin, pas tr√®s t√īt, mais √ßa a √©t√© explosif au mois d’avril, o√Ļ en fait, m√™me les colonies qui p√©n√®rent un petit peu se sont d√©velopp√©es, et ont pu finalement faire une production de miel. Donc l√†, les ¬ę¬†routes de production¬†¬Ľ, on les ¬ę¬†maximalise¬†¬Ľ. Alors qu’une ann√©e comme celle-ci, o√Ļ √ßa avance, √ßa recule, √ßa avance, √ßa recule, En fait, les esseins qui sont en manque de d√©veloppement, ils vont peiner, ils risquent de peiner pendant longtemps. Et malheureusement, √† part nourrir fortement ce qui n’est pas forc√©ment mon objectif, ces esseins-l√†, ils n’auront pas forc√©ment une production cette ann√©e, mais peut-√™tre que l’ann√©e prochaine.

Guillaume

– Je suis all√© les voir hier et Rush, quelques Rush. Et la semaine derni√®re je me disais ¬ę¬†cool, je vais pouvoir, je regarde la m√©t√©o, je dis ¬ę¬†bah ouais c’est bon, je vais faire ma visite de printemps¬†¬Ľ et hier, j’ai beaucoup trop froid, je vais pas me rendre aux questions, donc je viens d’√™tre tr√®s en entretien aujourd’hui au chien, mais c’est vrai que parfois je me demande quand est-ce que… quand est-ce que √ßa commence en fait ?

Bertrand

Cette saison est un peu… – Ouais, a priori la semaine prochaine √ßa irait mieux, donc… – Ok, tout. – Voil√†. – Alors…

Guillaume

Et… Comment tu t’organises, comment tu arrives √† faire le suivi, justement, de tes ruches ? Est-ce que tu utilises un paquet crayon, est-ce que tu fais des suivis sur Excel, sur Word, ou sur une application sp√©cifique ?

Bertrand

Alors non, pour l’instant j’ai pas mis en place de cahier ou de registre type… Les rouchers de Bessigny ont mis √ßa en place, avec un syst√®me de code-barres sur chaque ruche. √áa j’ai pas encore mis √ßa en place, j’y ai r√©fl√©chi √† un moment donn√©, et apr√®s je me suis dit ¬ę¬†non mais √ßa ira peut-√™tre pas¬†¬Ľ. Pour l’instant ce que j’utilise c’est uniquement les toits des ruches, o√Ļ je marque avec un marqueur posca ce que j’ai rep√©r√©, si j’ai rep√©r√© des choses, lors de la derni√®re intervention, donc √ßa va √™tre l’√Ęge de la reine, √ßa va √™tre le d√©veloppement de la colonie, √ßa va √™tre est-ce qu’il y a des choses √† repasser sur… les colonies √† repasser, est-ce qu’elle est en manque de d√©veloppement, est-ce qu’il y a beaucoup de verrouas √† l’instant T, √ßa change deux choses l√†. Est-ce que c’est une reine √† changer aussi ? √áa c’est une des choses que je marche sur mes toits.

Guillaume

Petite parenth√®se par rapport au suivi il y a un applicateur que j’ai interview√©, qui s’appelle Damien, qui a d√©velopp√© une application gratuite en plus de SUI des ruches, qui s’appelle B-Cube, et l√† aussi ils ont un peu le m√™me syst√®me, c’est pas un code-barre, c’est un QR code, chaque ruche a son QR code, tu viens avec ton t√©l√©phone, tu scans et apr√®s tu as ta fiche d’intervention. Et il y a un tr√®s bon… enfin l’application elle la trouve g√©niale. Tu peux l’utiliser sur t√©l√©phone mais c’est pas vraiment… c’est un peu… c’est… une… comment dire… c’est pas une application √† proprement parler. C’est que tu vas sur un site internet et apr√®s tu as l’interface d’une application et tu peux faire ton suivi sur l’ordinateur. Et l√† il y a des… il est en contact avec le syndicat de Rokamado et des applications ToF Pro justement pour int√©grer une e-cube dans leur exploitation. Voil√†, donc vraiment, il faudrait que je te montre un peu si tu veux.

Bertrand

Le seul probl√®me de genre de syst√®me, c’est la gestion d’un t√©l√©phone avec les mains dans la ruche, quoi. Parce qu’on a quand m√™me beaucoup de propolis.

Guillaume

Et lui ce qu’il fait, il a un √©tui.

Bertrand

D’accord.

Guillaume

Il a un √©tui o√Ļ il peut… T’as fait le d√©rangement sur son t√©l√©phone et lui, il a 10-15 ruches. Mais, je peux lui en parler, mais son m√©tier √† la base c’est d√©veloppeur web, et √† c√īt√© il a d√©velopp√© ce projet depuis un ou deux ans, et c’est g√©nial, j’aime beaucoup. C’est vrai que quand il y a des demandes d’√©volution, il les int√®gre tr√®s rapidement, et en fait il nous fait √ßa gratuitement, c’est int√©ressant.

Bertrand

Donc oui c’est juste mon travail. Apr√®s je trouve que les applications √ßa peut √™tre vite un pi√®ge, parce que de ne pas perdre finalement trop de temps l√†-dessus, Apr√®s l’int√©r√™t, et notamment ce qu’a mis en place la Rouge Sainte-Dubassini√®re, c’est le fait de pouvoir avoir tu√© des rennes. Et donc du coup, celui qui est √©leveur, et qui veut estimer l’√©volution de sa colonie par rapport √† une lign√©e de filles par exemple, et l√† √ßa peut √™tre int√©ressant effectivement de pouvoir tuer des filles.

Guillaume

– C’est bas√© sur le site o√Ļ en fait quand tu mets tes codes de reine, tu peux les mettre directement sur son site, il y a une sorte d’int√©gration entre l’un et l’autre. Mais oui je comprends, d’avoir ses filles, entre m√®re-fille…

– M√®re-fille et puis apr√®s… – Tu peux faire une division et… – D’avoir un site de ses filles et de les comparer, enfin oui, comparer des filles de plusieurs lign√©es diff√©rentes,

Bertrand

et puis √ßa permet de faire des pes√©es aussi parce qu’ils ont int√©gr√© une balance avec. – Ok. – Les balances de hausse, pas de la ruche. – Ok. – Au moment de la r√©colte quoi. – Au moment de la r√©colte, apr√®s tu dis ¬ę¬†bon bah telle reine a produit tant de miel¬†¬Ľ, c’est √ßa ? – C’est √ßa, ouais. Alors √ßa oblige √† avoir, √† syst√©matiser, √† syst√©matiser, avoir les m√™mes poids de hausse, les m√™mes poids de ruche, parce que sinon c’est compliqu√©. – Moi souvent on dit √ßa, qu’il fallait, m√™me quand je choisis un type de forme de ruche, ou un type de bois, il fallait se r√©f√©rer √† √ßa parce que m√™me si on fait une pes√©e pendant l’hiver, eh bien, on peut avoir deux ruches mais qui ont des bois diff√©rents. – C’est compliqu√©, oui.

Guillaume

– Et… J’avais une question au cours des derni√®res ann√©es, comment ta pratique de l’apiculture a √©volu√©. Qu’est-ce que tu fais diff√©remment ?

Bertrand

Alors au d√©part moi je suis parti sur des ruches 12 cadres donc √ßa j’ai rapidement √©volu√© sur des ruches 10 cadres parce que c’√©tait quand m√™me beaucoup plus simple √† manipuler. Et puis √ßa c’est depuis 2012 ou 2013 que j’ai chang√©. Et mon √©volution principale c’est la mise en place du… qu’il y ait des charges bio. et en fait ce qui s’est pass√© c’est que en 2019-2020 je trouvais que les traitements √† base d’amithraz √©taient plus assez efficaces ou pas assez efficaces, et du coup je me suis dit ¬ę¬†en fait il faut trouver peut-√™tre une autre solution¬†¬Ľ, et l’autre solution qui me paraissait plus ad√©quate en fait c’est l’encagement des r√®nes, donc encagement des r√®nes plus c’est le phallus phallus, et donc du coup j’ai mis √ßa en place dans l’exploitation. Alors c’est assez lourd √† g√©rer parce qu’il faut encager toutes les reines et donc du coup √ßa prend √©norm√©ment de temps, mais par contre c’est un avantage √©norme c’est que les colonies elles repartent beaucoup plus belle et beaucoup plus t√īt en saison suite √† l’encagement. √áa permet aussi de changer des reines parce que malgr√© tout on a toujours un peu la main l√©g√®re des fois en disant ¬ę¬†bah cette reine l√†, elle est un petit peu √Ęg√©e, mais finalement le couvrain n’aime pas, elle est assez beau, et donc du coup on la garde¬†¬Ľ et puis finalement, quand on l’encage on se dit ¬ę¬†bah c’est dommage¬†¬Ľ et puis en fait la reine survit pas √† l’encagement en fait. Il y a certaines colonies qui suppriment la reine quand elle est trop… d’elle-m√™me, elles suppriment la reine quand elle est encag√©e. Et g√©n√©ralement… – Ils suppriment la reine quand elles sont encag√©es ? – Elles arr√™tent de les nourrir ? – Je sais pas comment √ßa se passe exactement, mais c’est assez facile √† avoir, en ce sens que quand les rennes sont marqu√©es, on voit de quelle ann√©e elles proviennent, et en l’occurrence, toutes les rennes de 2 ans, 2 ans et demi, qui ont plus de 2 saisons en fait, g√©n√©ralement elles survivent pas √† l’encagement. Et finalement c’est plut√īt une bonne chose que, du coup il faut se dire que cette colonie l√†, elle est pas morte, elle serait peut-√™tre morte dans l’hiver, parce que la reine aurait flanch√©, alors que l√† c’est les abeilles elles-m√™mes qui l’ont supprim√©, et du coup √ßa oblige √† avoir quelques reines en r√©serve, mais du coup on se retrouve avec quasiment que des jeunes reines l’ann√©e suivante, enfin des jeunes reines, soit des jeunes reines de moins d’un an, soit des reines qui ont d√©j√† une saison, mais du coup √ßa a dynamis√© √©norm√©ment les colonies, et apr√®s on se retrouve avec des ruges qui sont beaucoup plus fortes en d√©but de saison, qui ont beaucoup moins de m√Ęles, donc moins de m√Ęles et moins de varroas, et c’est un cercle vertueux. Et je trouve que l’engagement, m√™me s’il est super lourd √† mettre en place, parce que √ßa n√©cessite d’ouvrir les ruges, de chercher la reine, d’engager la reine, √ßa a un avantage √©norme au niveau de la gestion de l’exploitation, sur le suivi de varroas. Et puis l’autre avantage, c’est que on a tendance √† un peu ignorer mais en fait on a tendance √† parler d’efficacit√© d’un traitement et la fictivit√© par exemple des traitements √† base de mitraille on dit qu’ils sont tr√®s efficaces mais ils vont √™tre tr√®s efficaces sur une longue p√©riode d’action, sur au moins dix semaines. Alors que l√†, l’encagement, suite √† l’encagement, on passe √† la chine oxalique donc imm√©diatement apr√®s il n’y a quasiment plus de droits. Donc √ßa a un effet flash et c’est ce qui fait que √ßa casse la dynamique du varroa et au final les abeilles d’hiver elles se portent beaucoup mieux gr√Ęce √† ce traitement que finalement un traitement √† mitrace qui va √™tre fait tard en saison. – Et l’engagement tu le fais √† quel moment ? – L’engagement je le fais fin juillet d√©but ao√Ľt. – Fin juillet d√©but ao√Ľt, d’o√Ļ l’id√©e d’avoir des rennes, il faut avoir des rennes en stock. Mais on en trouve encore chez les √©leveurs, m√™me mi-ao√Ľt, fin ao√Ľt, on en trouve encore. Donc en fait tu fais ta ricotte et juste apr√®s… Et juste apr√®s je me gage, ouais.

Guillaume

Et donc tu traites une premi√®re fois, tu traites et apr√®s t’attends que le pouvoir naisse et tu retraites.

Bertrand

Et je retraite en hiver, non.

Guillaume

Non, je veux dire, tu traites une fois juste apr√®s un gagement et apr√®s t’attends deux semaines que le pouvoir naisse √† nouveau pour traiter.

Bertrand

Non, je traite qu’une seule fois.

Guillaume

– Qu’une seule fois ? – Ouais. C’est ce qui est pr√©conis√© par les vendeurs de m√©dicaments,

Bertrand

soit Vetoferma ou l’autre, j’ai plus le nom en t√™te… – Pour emmener au oxymy ? – Oui, oxymy de Vetoferma, et l’autre c’est Apibioxal, et Apibioxal, je sais plus quel laboratoire c’est, c’est les laboratoires estins je crois. Je crois que c’est √ßa. Et les deux pr√©conisent un seul traitement apr√®s le d√©cagement. Apr√®s le d√©cagement ? Ouais. En fait ils consid√®rent qu’il doit y avoir qu’un seul traitement par cycle d’abeilles. Donc en l’occurrence les abeilles d’√©t√© et les abeilles d’hiver. D’accord. Et donc une fois que tu es en cage, tu attends combien de temps pour faire le traitement ? J’attends 24 jours. Tu attends 24 jours, ok. Donc oui, c’est en r√©gime alentour. D’accord, d’accord. Je pensais qu’il y avait en moins deux traitements. Ok. Donc tu attends 24 jours. Ok. Donc √† ce moment-l√†, Donc, tancage, t’attends 24 jours, comme √ßa le couvain est n√©, tu d√©gages la reine et l√† juste apr√®s tu traites. – Donc, c’est √† peu pr√®s 5 millilitres par… – Ouais, par d√©gouttement, ouais. – Ok. D’accord, et en isopropane ? – √áa peut √™tre combin√© aussi avec un pr√©l√®vement de couvain, puisque du coup, comme la reine s’arr√™te de pondre, il n’y a plus n√©cessit√© d’avoir la sp√©cificit√© de pondre du couvain dans la ruche. Et donc du coup on peut √©galement faire des essreins √† cette p√©riode l√†. C’est notamment ce que les italiens font. Souvent ce qu’ils font, ils retirent du couvain √† ce moment l√†. – C’est un tr√®s simple m√©thode. Et en hiver tu traites ou pas ? – En hiver je retraite une fois, ouais. – Tu retraites une fois, ok. – Hors couvain quoi. – Vers fin d√©cembre ? – Fin d√©cembre, d√©but janvier. En fait √ßa suit souvent le cycle de la croissance des jours. La d√©croissance des jours. – Ouais. Et en fait, souvent c’est vers fin d√©cembre qu’on est √† peu pr√®s s√Ľr de ne pas avoir de coups d’encore. – Ouais. Ok. – Enfin, dans notre r√©gion. – Tr√®s bien. La m√©thode d’engagement, en plus en traitant une fois, √ßa m’a l’air plut√īt… Enfin, √ßa a l’air plut√īt simple en plus. Plus simple que les autres m√©thodes dont j’avais entendu parler. Non, c’√©tait pas un petit point de fourchette et tu… – Alors √ßa, je l’utilise aussi pour… j’utilise sur les rochers qui sont… enfin, le rocher en l’occurrence, qui sont sur la lavande. Je r√©colte, je gratte le couvain, parce qu’il y a quasiment plus de couvain, et le peu de couvain qu’il peut y avoir, de toute fa√ßon il est forc√©ment infest√© de l’endroit, donc plut√īt que de s’emb√™ter, je gratte le couvain, et l√† je passe un traitement, je fais un traitement asth√©osc√©lique.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   #18 - Devenir apiculteur professionnel rapidement - Echange avec Pierre

Guillaume

– Ok. D’accord. Et il faut gratter profond√©ment ou pas ? Ou de mani√®re superficielle pour ouvrir ce trou d’isopercule ?

Bertrand

euh… je gratte… non, il faut pas profond√©ment. Au fait, j’utilise la m√™me fourchette qu’on utilise pour des op√®res pul√©es.

Guillaume

– Oui, t’as fait √ßa, oui. – Mouais.

Bertrand

Apr√®s, quand on y retourne une semaine apr√®s, pour v√©rifier, on voit bien que… elles ont… √ßa les peine quand m√™me, hein. Elles ont quand m√™me √©norm√©ment… enfin… elles ont quand m√™me tout nettoy√©, le cadre, et elles rabotent… elles rabotent plus que… plus que d’habitude quoi. Il reste vraiment que la marque de l’Opercul mais pas… elles ont retir√© plus que ce qu’elles font d’habitude quoi.

Guillaume

– D’accord. Ok. Par rapport √† tes… l’√©chec ou les √©checs que tu as pu avoir depuis donc, que tu es tr√®s en pratique ?

Bertrand

– Je pourrais pas dire que j’ai vraiment eu une grosse √©chec, apr√®s il y a plein de petits… c’est plus un encha√ģnement de petites erreurs qui font que… on essaie de s’am√©liorer quoi. Par exemple en 2021, il y a des ruches qui sont pass√©es √† deux doigts de mon h√©mophare. L√† j’y fais beaucoup plus que les attentions en ce moment par exemple. Il y a des petits √©checs, des choses toutes b√™tes, mais par exemple lors de la r√©colte, √ßa m’est arriv√© des ann√©es de r√©colter du pollen, et de le trouver trop compact. Et de me dire ¬ę¬†bah tant pis, il a pris l’eau, je vais le laisser aux abeilles¬†¬Ľ. Et en fait, ce qui se passe, c’est que si on donne du pollen √† une colonie orpheline, automatiquement elle tourne bourdoneuse tr√®s tr√®s rapidement. Parce qu’en fait √ßa d√©clenche la ponte des abeilles, et en tr√®s peu de temps, elle devient bourdoneuse. – D’accord. Enfin, est-ce que tu as eu d’autres √©checs, √† part les demandes de faim et… – Bah d’autres √©checs, √ßa peut √™tre des hivernages, qui ont √©t√© peut-√™tre pas assez lourds, √ßa va √™tre des colonies qui ont peut-√™tre √©t√© hivern√©es trop petites. Bon apr√®s on essaie d’en tenir compte au fur et √† mesure des ann√©es.

Guillaume

Et jamais t’as eu un moment o√Ļ t’as perdu un quart justement de ton cheptel ? C’est jamais arriv√© ? Non c’est jamais arriv√© de perdre autant de colonie ouais. Parce que comment t’as fait pour trouver tes emplacements pour le recherche. En plus en √©tant habilis√© bio, tu dois respecter…

Bertrand

Enfin √ßa fait partie qu’il y ait des charges d’√™tre dans une zone avec des agriculteurs certifi√©s bio √† c√īt√©. Alors certifi√©s bio ou qui font de l’√©levage. Ah oui, ils font de l’√©levage. En fait il faut pas qu’il y ait de culture conventionnelle √† proximit√©. D’accord. Et comment t’as fait pour trouver ces endroits l√† ? Est-ce que t’as regard√© sur une carte ? Alors dans mon secteur en fait il y a beaucoup de zones… on est vraiment dans une zone d’√©levage o√Ļ il y a peu de cultures conventionnelles, type caussards, tournesols, enfin de plantes b√©n√©faires en tout cas, donc on n’est pas tellement d√©rang√© pour mettre en place, toi qui es d√©chargeur du bureau. – Et pour les ressources √† c√īt√©, comment t’as su que c’√©tait un bon endroit pour mettre les ressources ? – Apr√®s c’est regarder o√Ļ est-ce qu’il y a des acacias, et √ßa c’est quand m√™me, dans notre secteur, c’est quand m√™me une id√©e hyper importante, parce que s’il y a de l’acacia on va avoir une bonne saison, s’il n’y a pas d’acacia, g√©n√©ralement c’est une mauvaise saison. Puis apr√®s c’est de regarder s’il y a des refours en eau √† proximit√©, type un petit cours d’eau, m√™me pas forc√©ment une rivi√®re mais simplement des petits cours d’eau qui passent √† proximit√© pour avoir un qualit√© de l’eau constamment. Et puis apr√®s c’est des zones g√©n√©ralement qui sont… on a beaucoup de… on a une partie qui est en viticulture dans notre secteur, et l’id√©e c’est de se mettre en dessus de ces zones l√†, parce qu’on b√©n√©ficie de l’ensoleillement, mais dans le m√™me temps on n’a pas le traitement des vignes ici, il y en a. Et puis c’est des zones g√©n√©ralement qui sont un peu presque laiss√©es √† l’abandon, dans le sens o√Ļ c’est des zones de friches o√Ļ on va avoir de l’acacia, des ronces, souvent du ch√Ętaignier et donc du coup des zones

Guillaume

qui sont finalement assez militaires. – Ok. Tu as d√©j√† eu des vols de ruches ? – Oui √ßa m’est arriv√© en

Bertrand

2018, je me suis fait voler deux ruches. Deux ruches qui √©taient en plus les plus √©loign√©es du ruch√©. – Ok. Et depuis t’es… – Pour l’instant j’ai pas eu de nouveau vol.

Guillaume

– Ok. Une ruche √ßa va. On va rien faire. J’ai souvent sur vos Facebook des agriculteurs et il y en a qui rafrontent… mais qui se font voler des dizaines de ruches. C’est impressionnant. Et des d√©gradations t’en as eu ? – Ouais des d√©gradations non pour l’instant j’ai jamais eu ouais. – D’accord. Et par rapport aux investissements ou mat√©riel que tu utilises en tant qu’√©piculteur, de quoi tu es particuli√®rement content ? Alors l’investissement que j’ai, que je regrette le

Bertrand

moins au final, c’est l’achat d’un pick-up. Parce que du coup j’ai achet√© un pick-up am√©nag√©, donc am√©nag√© avec un plateau rid√®le √† l’arri√®re, et √ßa m’a co√Ľt√© un bras quand je l’ai achet√©, mais par contre √ßa permet d’avoir √©norm√©ment de place √† l’arri√®re pour pouvoir charger des ruches, des ruches ou des hausses. C’est aussi ce qui m’a permis de pouvoir augmenter mon shelter parce que c’est plus simple de d√©placer des colonies avec un mat√©riel adapt√©. Pour r√©colter c’est aussi pratique, c’est quelque chose qui peut passer en tout terrain donc on peut avoir des ruches un un petit peu excentr√© sans trop de probl√®mes et puis c’est assez confortable au quotidien pour travailler. C’est quoi comme mod√®le ? C’est un Toyota Hilux. Toyota, ok, et donc √† l’arri√®re √ßa a √©t√© am√©nag√© ? A l’arri√®re c’est un plateau rid√®le, donc du coup je peux mettre 15 roues chaples l√†, donc prendre l’une sur l’autre. C’est un peu comme le chien de L√©on qui monte dans C’est un peu le m√™me que celui que son associ√© avait achet√©.

Guillaume

D’accord.

Bertrand

Parce que des rands c’est un Isuzu, je sais plus quoi.

Guillaume

Apr√®s t’as une b√Ęche ?

Bertrand

Ouais alors moi j’ai pas de b√Ęche. Alors le seul probl√®me, l’inconv√©nient de ce type de pick-up c’est que tout ce qui est l√©ger c’est compliqu√©. Donc les cartons, les sacs plastiques, il faut √©viter de les mettre en arri√®re parce que g√©n√©ralement on ne les retrouve pas √† l’arriv√©e. Je comprends que l’achat d’un pick-up soit un probl√®me. Comme √ßa tu as juste √† le garer juste √† c√īt√© de ton rocher et tu as moins de manipulation. Ouais c’est √ßa ouais.

Guillaume

T’as jamais eu de probl√®me de dos justement √† force avec 200 roches quand m√™me avec les offres ?

Bertrand

– Si, √ßa m’arrive, √ßa m’arrive des fois, ouais, mais… Bon apr√®s j’ai essay√© d’adapter les ruch√©s justement, de ne pas avoir des ruch√©s palettes, mais plut√īt des ruches qui sont install√©es sur des chevrons √† 40-30 m√®tres du sol. Mais apr√®s, il faut essayer de pas trop… d’√™tre raisonnable un petit peu, mais c’est pas toujours √©vident. Ce qui est le plus compliqu√©, c’est les transhumances. Les transhumances, c’est quand m√™me des charges assez lourdes. Alors √† terme, j’envisage d’acheter un chariot-√©l√©vateur √©lectrique. Donc √ßa on va voir. Mais c’est s√Ľr que c’est un probl√®me. En termes de charge, en plus on ne se rend pas bien compte de ce que √ßa peut p√©ser. mais 70 os de miel pleine, √ßa p√®se rapidement plus d’une tonne quoi. Et en cumul√© sur une saison, je pense qu’on porte un certain nombre de… des charges colossales, ouais. – Ouais, √ßa m’a fait le paradis.

Guillaume

J’avais lu dans un bouquin que les deux plus grands amis, et √©galement les ennemis ce sont les yeux et le dos. Donc le pick-up, pour ton meilleur achat. Une chose √† laquelle ils doivent faire attention, prendre garde, Et mettez celui qui devrait avoir, une vigilance √† avoir ou… Il y en a qui √©tait… Il y en a qui… qui vous dit aux apiculteurs ¬ę¬†prenez votre temps, ne n’allez pas voir votre ruche si vous avez un rendez-vous juste apr√®s, parce que de toute mani√®re, quand on va voir ses ruches, √ßa met toujours plus de temps que ce qu’on pensait √† l’origine.¬†¬Ľ t’as une personne qui aimerait bien commencer l’apiculture, qui a tr√®s peu de connaissances, voire aucune, quel bouquin tu lui mettrais en train de donner ? les deux ou trois livres que tu veux en mettre ?

Bertrand

– Le livre de r√©f√©rence en √©piculture, c’est quand m√™me le ¬ę¬†Trait√© Rustica¬†¬Ľ, o√Ļ l√† on a tout. Alors apr√®s c’est pas un bouquin… C’est plut√īt quelque chose… C’est pas forc√©ment quelque chose √† lire d’une traite, c’est plut√īt quelque chose qu’on va aller chercher en fonction de ce qu’on a besoin. Et apr√®s, moi quand j’ai commenc√© l’√©piculture, mon grand-p√®re, donc c’√©tait mon grand-p√®re qui avait des ruches, et du coup il avait quelques bouquins d’apiculture. Il m’a donn√© le livre d’Edouard Bertrand qui s’appelle ¬ę¬†La conduite du hauchet¬†¬Ľ. C’est un livre qui est du d√©but du 20√®me si√®cle, donc 1903 je crois, il a √©t√© publi√© la premi√®re fois. Et au final c’est assez impressionnant parce que l’apiculture n’a pas tellement √©volu√©. Alors il n’y avait pas de vauvois √† l’√©poque, mais au niveau de la conduite des ruches, le nourrissement existait d√©j√†, alors qu’on a l’impression aujourd’hui que c’est quelque chose de diff√©rent, mais en fait √ßa existait d√©j√† au fin 19e. Le travail aux ruch√©es, les connaissances des r√™nes, des colonies, c’√©tait d√©j√† acquis. √áa a chang√© par rapport √† tout ce qui tourne autour du Varroa, mais sinon, la quasi-totalit√© des √©l√©ments sont √† l’int√©rieur. Alors il n’y a pas de Varroa, mais par contre, il parle de l’arc-arien, d’un autre arc-arien, qui s’appelle le Pou de l’Abeille, qui est sous la m√™me forme, qui n’existe plus a priori, notamment suite au traitement Varroa, mais qui √©tait √† l’√©poque pr√©sent dans les colonies.

Guillaume

– D’accord.

Bertrand

– Qui va √† Varroa avant… – OK, il y avait d√©j√† un acueillant qui se fixait sur les abeilles avant l’arr√™t de Varroa. Mais qui √©tait beaucoup moins parasitaire et qui √©tait indig√®ne √† l’abeille, donc qui… – Oui, c’est un probl√®me. C’est un peu… Ah je me souviens il y a eu un h√īte naturel c’est L’apis cerana. Apr√®s il y a toujours des bouquins qui peuvent s’adapter au rythme de la d√©cente, qui sont assez int√©ressants. Le livre de Jean Riond√©, ¬ę¬†Mois par mois¬†¬Ľ, si je ne dis pas de b√™tises, il est assez int√©ressant.

Guillaume

– Quel conseil tu donnerais √† une personne qui veut se lancer dans l’apiculture ? Quel conseil devrait √©couter, et quel conseil ne devrait surtout pas √©couter ton conseil ?

Bertrand

– Alors les conseils qu’il faut… Ouais. Le premier conseil je pense que c’est la formation en fait. Il faut d’abord se former avant d’acheter une ruche, voir aller √† des formations pratiques. Et apr√®s acheter une ruche, une ou plusieurs ruches, mais en tout cas, commencer par la formation. Je pense que c’est la base. Et la pratique de l’apiculture est de plus en plus technique, donc c’est un peu malheureux de ne pas pouvoir… de ne pas conna√ģtre… Moi j’ai… en tant que technicien sanitaire apicole, maintenant je suis plum√©. J’ai fait des visites avec des apiculteurs, j’aurais montr√© leur r√®gle, ils avaient jamais vu de run de leur vie presque. Et donc je trouve √ßa un peu grave de vouloir faire de la pique culture sans ouvrir ses ruches, en se contentant de mettre des hausses, je pense que c’est pas √ßa la pique culture. Je pense que la pique culture c’est d’ouvrir sa ruche, de savoir lire √† quel niveau de d√©veloppement elle est, qu’est-ce qu’il y a comme probl√®me, s’il y a un probl√®me, et √ßa passe d’abord par la formation, et ensuite d’acheter des ruches, pas acheter une colonie, et ensuite de s’int√©resser √† la formation.

Guillaume

– C’est la premi√®re fois que tu as vu des personnes qui avaient quasiment aucune connaissance en agriculture ?

Bertrand

РTrès peu en tout cas.

Guillaume

– J’ai d√©j√† √©chang√© avec quelques applicateurs comme √ßa, o√Ļ ils me disaient ¬ę¬†ah j’ai 20 ruches, j’en ai perdu 10, bon bah ok, je vais me refaire¬†¬Ľ. Et j’ai du mal avec ces raisonnements o√Ļ, moi √† partir du moment o√Ļ tu perds des ruches, tr√®s bien, mais pour moi il faut √©tudier un peu. Il faut essayer de voir c’est quoi les raisons, c’est quoi les sympt√īmes, est-ce qu’il y a des cadavres d’abeilles ou pas, pour essayer d’aller d’approfondir. De voir est-ce que c’est notre faute ou est-ce que c’est une faute plut√īt ext√©rieure. Parce que perdre des ruches sans en apprendre, pour moi c’est en perdant deux fois, voire m√™me plus parce que toutes les colonies qui viendront apr√®s, certains se disent ¬ę¬†ben non, il y a 30%, 35% ou 40% de taux de perte en g√©n√©ral, et on met la cat√©gorie des mortes dans cette statistique et on dit ¬ę¬†ouais, √ßa en fait partie, c’est tout¬†¬Ľ. Et je trouve √ßa dommage de ne pas essayer d’avoir cette technicit√©, d’avoir cet oeil, et d’aller chercher, pour essayer de voir ce qu’on peut faire diff√©remment. Je trouve √ßa vraiment dommage.

Bertrand

– OK.

Guillaume

J’ai deux autres questions avant de parler de ton projet de mi√©derie. C’est quand tu te sens submerg√© parce que tu as affaire avec tes ruches, T’as l’entretien, t’as le printemps qui a d√©marr√© plus vite que pr√©vu, t’as √©norm√©ment de choses √† faire, comment est-ce que t’arrives √† prendre du recul et te dire ¬ę¬†ok, voil√† par quoi je vais commencer, voil√† un peu l’ordre des choses que tu vas suivre¬†¬Ľ.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   #24 ‚Äď Cr√©er une entreprise d'apiculture √† 14 ans !

Bertrand

– Bah justement, c’est justement √ßa, c’est faire un choix de priorit√© par rapport au travail sur le rocher. Donc typiquement, si je suis d√©pass√© par l’herbe par exemple, je consid√®re qu’il vaut mieux √™tre d√©pass√© par l’herbe que d√©pass√© par l’√©volution des colonies. si je dois faire des esseins √† l’instant T et qu’il y a de l’herbe √† couper, peu importe, je vais faire mes esseins, et tant pis pour l’herbe. Et en fait c’est prioriser ces activit√©s au niveau du haucher pour pas √™tre d√©bord√©, et puis, enfin, d√©bord√©, √ßa emp√™chera pas d’√™tre d√©bord√©, mais en tout cas de pas √™tre d√©bord√©, enfin, de pas se faire d√©passer par l’√©volution des colonies, et d’avoir des colonies qui finissent dans les arbres. Et puis justement, c’est d’essayer d’anticiper au maximum, donc de pr√©parer un peu Sirius en un main, d’avoir des cadres en amont de pr√®s d√©j√† serr√©s. Et puis √ßa va √™tre aussi, moi j’essaie d’anticiper au niveau de tout ce qui est s√©mage, j’essaie parce que c’est pas parfait, c’est pas fictif, Mais en tout cas, une colonie qui est forte √† un instant T, s’il n’y a pas une miel√©e en face, je vais par exemple la ponctionner en faisant un essai avec. Et je vais avoir… Le fait que j’utilise l’encagement et que j’ai un point d’orgue, c’est de travailler beaucoup avec des jeunes rennes, j’ai un petit peu de marge on va dire, dans le sens o√Ļ elles s’essaiment un peu moins, et donc je peux plus facilement les contr√īler.

Guillaume

– D’ailleurs, tu avais dit avec quelle race d’abeilles tu fonctionnais ?

Bertrand

– Alors moi j’ai pas une race d’abeilles en particulier, je travaille avec de la Buckfast, je travaille avec une s√©lection massale qui a √©t√© mise en place par Marc Subirana, et je travaille √©galement avec des √©leveurs qui travaillent en Buckfast avec des m√Ęles caucasiens. – D’accord.

Guillaume

Et pour √ßa, dans un m√™me rocher tu peux avoir plusieurs races ? – Dans un m√™me rocher je peux avoir plusieurs races, oui. – D’accord. – Et il n’y a pas un ph√©nom√®ne de m√©tissage qui peut se faire ?

Bertrand

– Alors apr√®s moi je travaille les √©leveurs, je les laisse pas. Donc en fait j’ai pas trop ce probl√®me. Alors apr√®s il peut y avoir un m√©tissage mais moi je m’adapte √† √ßa quoi.

Guillaume

РEt toutes tes rennes à chaque fois tu laisses pas les abeilles élever leurs propres rennes ?

Bertrand

√Ä chaque fois tu fais en sorte… – J’ai… soit j’utilise des rennes vierges, soit j’utilise des rennes f√©cond√©es, mais je… j’incorpore forc√©ment un produit de levage. – Ok.

Guillaume

En fait, toi on commande un stock énorme de rennes.

Bertrand

– Bah, pas un stock, non, mais… mais oui, j’en commande 200 sur la saison, √† peu pr√®s. – 200 sur la saison, oui. Ok.

Guillaume

Si tu devais recommencer l’apiculture de z√©ro, qu’est-ce que tu ferais √† nouveau, et qu’est-ce que tu ferais diff√©remment dans ton approche ? Par rapport au type de jeu, je te parlais tout √† l’heure du format de 12 cadres, et t’es pass√© au format de 10 cadres, donc l√† je pense que tu repasserais sur du 10 cadres. Est-ce que tu ferais des choses un peu diff√©remment que ta mani√®re de pratiquer aujourd’hui ?

Bertrand

Je pense que l’essentiel c’est la formation pratique. Apr√®s, qu’est-ce que je changerais ? Je sais pas si je changerais des choses. Parce que le 12 cadres, √ßa avait un avantage, c’est que √ßa laisse du temps √† l’essai mage. elles mettent plus de temps √† s’aimer. Apr√®s, la probl√©matique c’est que pour l’√©t√© pass√© c’est compliqu√©, et au niveau des hausses aussi c’est compliqu√© parce que c’√©tait pas un format standard, on pouvait pas utiliser les grilles ir√®nes, y’a pas forc√©ment les grilles ir√®nes qu’on veut, pour les plateaux c’est pareil, donc c’√©tait plus standard de faire du viticulture. Apr√®s, qu’est-ce que je changerais ? Peut-√™tre que je me fermerais plus au d√©part, Il faut trouver la bonne formation qui corresponde aussi √† une formation… Je pense qu’il faut que la formation soit tr√®s orient√©e et pratique, parce que c’est… malgr√© tout, c’est quand m√™me la base de la culture, quoi. C’est voir et comprendre les colonies de la vie, quoi. – De d√©velopper l’Ňďil, hein. C’est s√Ľr. Ok.

Guillaume

Et maintenant, par rapport √† ton projet de miellerie, donc tu souhaiterais… l√†, pour l’instant, t’as combien de b√Ętiments ?

Bertrand

– Tu loues des b√Ętiments ? – Alors pour l’instant je loue une mi√©derie. – Tu loues une mi√©derie, oui. – Et j’ai une partie stockage qui est √† une dizaine de kilom√®tres de la mi√©derie, l√† o√Ļ je stocke des ruches en attente, des ruches vides, et des hausses qui sont avec des quatre cir√©s.

Guillaume

– D’accord. Et l√† ton but ce serait donc de cr√©er une mi√©derie o√Ļ tu aurais ta mi√©derie et ta zone de stockage en un seul b√Ętiment.

Bertrand

– En un seul b√Ętiment, oui.

Guillaume

Et donc tu veux cr√©er des b√Ętiments de bouton, c’est √ßa ?

Bertrand

Je veux cr√©er un seul b√Ętiment.

Guillaume

Tu veux cr√©er un seul b√Ętiment. T’as d√©j√† un terrain ou pas ?

Bertrand

Non, pour l’instant non, c’est pas fix√©.

Guillaume

Donc les mani√®res de cr√©er ce b√Ętiment-l√†, tu m’avais dit que le projet est un peu particulier parce que tu voudrais une mani√®re de construire des mat√©riaux assez sp√©cifiques. Tu m’avais parl√© de la paille, c’est √ßa ?

Bertrand

ce que je voudrais utiliser c’est le maximum de mat√©riaux que vous disposez. C’est-√†-dire une structure en bois avec de la stature bois, une isolation pour partir en paille, pour partir en laine de bois, et ensuite d’installer un mur remplissant √† l’int√©rieur pour faire un mur de masse. Et puis au niveau des mat√©riaux, c’est √ßa. et du bardage bois, et ce que j’aimerais c’est donc utiliser du bardage d’acacia pour sur la partie magasin en tout cas, pour rappeler l’arbre qui est qui est embl√©matique de la piqure, mais qui est √©galement aussi un super bois en termes de en termes de bardage, puisque c’est un bois qui est class√© classe 4 donc qui est exposable √† l’ext√©rieur, encore plus que du Douglas ou des mat√©riaux qui sont pour le coup classe 3. Ok.

Guillaume

D’accord. Et tu aimerais √©galement mettre toute une zone de panneaux solaires photovolta√Įques ?

Bertrand

Non, j’aimerais que, ouais, tout le toit soit couvert de panneaux photovolta√Įques. Et l’id√©e, ce serait d’autoconsommer la partie photovolta√Įque et de revendre le surplus √† EDF ou √† un autre fournisseur d’√©lectricit√©.

Guillaume

Et tu voudrais mettre un magasin aussi ?

Bertrand

Oui, il y aura un magasin. – Il y aura un magasin. Donc √ßa ferait… – Un magasin. – St√©cage, mi√©leri, magasin… – Mais pas un magasin d’apiculture, un magasin uniquement de produits de la ruche issue d’exploitation. – Oui, oui, oui. Enfin non, mais tu veux peut-√™tre pas vendre des ruches… – Non. – …mais c’est que des produits de la ruche. D’accord. – Alors l’id√©e c’est d’avoir… Ce serait d’avoir un magasin qui soit √† la fois… √† la fois un lieu de vente, mais aussi un lieu d’explication du m√©tier d’apiculteur. Et puis depuis ce magasin, l’id√©e c’est d’avoir un couloir qui… depuis ce magasin, de permettre √† la client√®le d’acc√©der √† un couloir qui disservira toutes les pi√®ces de production, donc en l’occurrence une chambre chaude, une salle d’extraction, une salle de conditionnement, et un atelier de transformation, un pas d’√©pices, un produit de la ruche, tout ce qui est aux bases de poly, des choses comme √ßa.

Guillaume

РEt tu connais à peu près la superficie dont tu aurais besoin ?

Bertrand

Р500 m². Р500 m² ?

Guillaume

– Oui, parce qu’apr√®s, il faut le voir, parce que ton nombre de ruches √©tant √©volu√©, avec le stockage des ruches, oui, ok.

Bertrand

– L’id√©e, c’est de construire un b√Ętiment, mais qui soit fait une fois pour toutes. N’essayez pas √† revenir dessus, √† en rajouter des bouts… – On met plus de tension et tout √ßa. – Oui, voil√†. et d’avoir une coh√©rence globale d√®s le d√©part. Avec quand m√™me, oui, que la structure soit l√† et au fur et √† mesure √† l’int√©rieur. Alors √† l’int√©rieur, ce qui est pr√©vu c’est d’avoir une partie tampon, avoir une partie qui sera en aceture bois mais pas isol√©e, qui pourra permettre de, en gros sur une longueur de 10 m√®tres, de pouvoir √©voluer, de pouvoir √©ventuellement int√©grer √† terme un atelier de gel√©e royale si je m’associais avec un autre apiculteur qui faisait des jeux royaux, ou √† faire un atelier par rapport aux po√™lenes, d’avoir une marge, si besoin est, de pouvoir modifier le b√Ętiment sans avoir √† modifier la structure. – Oui, fr√®re. Le squelette sera l√†, et apr√®s au fur et √† mesure tu agences avec… Bah le magasin je pense que ce sera pas tout de suite, mais… – Le magasin si, c’est pr√©vu de le faire, j’ai l’avis de la bouffe, oui.

Guillaume

– D’accord. Ouais parce que l√† la partie, ne serait-ce que dont tu aurais besoin, c’est le stockage et la partie extraction.

Bertrand

– Ouais. – Ou l√† √ßa serait… ok. – La partie magasin aujourd’hui, elle manque dans le sens o√Ļ j’ai pas de lieu pour expliquer ce que c’est que l’apiculture, comment √ßa se fait. Et il y a une client√®le qui ach√®te des produits en grande surface, enfin en grande surface ou m√™me dans les magasins bio, qui aime avoir l’explication autour du miel, finalement, c’est presque b√™te, mais elle ach√®te presque plus l’explication que le produit lui-m√™me. -Oui. Oui. Oui, parce que c’est… Il y a toute l’exp√©rience autour, tout l’univers qui tourne autour. -Et c’est assez fascinant quand on est en march√©, d’expliquer aux gens comment on produit par exemple le miel de lavent. Et en fait, on a l’impression qu’on les a tellement emmener sur notre domaine que finalement ils ach√®teraient le produit m√™me s’il √©tait √† un prix exorbitant, ou m√™me si √ßa ne correspondait pas √† leur vo√Ľt. En fait, ils ach√®tent l’explication autour du produit. L’histoire, l’exp√©rience, oui.

Guillaume

Et pour ce projet, pour l’instant, t’en es o√Ļ ? Et tu voudrais le faire quand ?

Bertrand

Alors, pour l’instant j’en suis √† attendre des devis des entreprises. J’ai d√©j√† une partie des devis, mais pas tout.

Guillaume

T’as fait ton cahier des charges d√©j√† ?

Bertrand

Donc il y a les charges… Pour dire ce que tu voudrais dans le b√Ętiment… Oui, exactement. Et donc l√†, j’en suis en phase de devis. Et l’id√©e, √ßa serait de commencer la construction en 2024.

Guillaume

Ok. D’accord. Et avec la partie de lever des fonds, tu m’avais parl√© de la plateforme Mimosa pour lever des fonds.

Bertrand

Donc oui, √ßa sera encore en cours l√†. Donc l’id√©e c’est de lancer une campagne de financement participatif pour financer une partie de la construction de la ma√ģtrise.

Guillaume

Ok. Et est-ce que tu aurais besoin de contacts ou autres, des personnes qui s’y connaissent en construction ou une personne avec qui tu voudrais √™tre associ√© ? Est-ce que tu aurais une demande particuli√®re ?

Bertrand

Alors l’association, je suis pas ferm√© √† l’association et √ßa y’a pas de soucis. Pour la construction en tant que telle, j’ai pas vraiment besoin de… Moi j’ai fait un peu le tour, j’ai essay√© d’aller voir aussi ce qu’ont fait d’autres apiculteurs. Pour l’instant un b√Ętiment qui int√®gre tous ces param√®tres l√†, c’est √† dire une construction bois, l’installation de panneaux photovolta√Įques, et un magasin de vente sur place, je n’ai pas trouv√© d’exemple qui int√®gre tous ces param√®tres. L’autre point que je voudrais mettre en place par le biais de ce b√Ętiment, c’est de mettre en place le r√©emploi du verre. C’est une chose assez importante en termes de d√©penses √©nerg√©tiques, sur la d√©pense globale d’une exposition. Et je trouve √©norm√©ment dommage d’avoir √† recycler du verre alors qu’en fait on pourrait l’employer en mettant en place un circuit de collecte du verre √† chaque fois qu’on livre du miel. Et je trouve dommage de ne pas le mettre en place. Et justement c’est dans ce b√Ętiment j’aimerais avoir une salle sp√©cifique pour le lavage du verre et pour faciliter leur emploi avec un outil adapt√©. D’accord, pour les personnes qui viennent de le moment, avec leurs propres pots de verre, enfin je l’ai pas, mais comme vous √©tiez entendu. Non, l’id√©e c’est que l’actuellement j’ach√®te des pots verts en balette, le prix a explos√© avec le l’√©nergie. Et ce que je voudrais c’est mettre en place au fur et √† mesure, donc moi actuellement je livre mon miel √† des revendeurs, de laisser √† disposition mes caisses, des caisses en plastique que j’utilise pour la livraison, leur laisser sur place pour qu’ils collectent eux les verres des pr√©c√©dentes ventes et que du coup √† chaque fois que je retourne livrer et je r√©cup√®re une partie du verre que j’ai d√©j√†, que les clients ont ramen√© au magasin. – D’accord. – Donc l’id√©e avec ces catarmes du coup, ce verre ne soit plus recycl√© mais r√©employ√©, sachant que le r√©emploi, m√™me si c’√©tait par le biais d’un interm√©diaire qui collecterait ce verre pour le nettoyer, pour le remettre dans le circuit, le ratio entre le recyclage et le r√©emploi c’est de 1 √† 5. Donc en fait le recyclage consomme 5 fois plus d’√©nergie que le r√©emploi.

Guillaume

D’accord.

Bertrand

On a chang√© le transport, le fait de st√©riliser, enfin de nettoyer donc st√©riliser. Ouais, l’√©nergie qui est n√©cessaire au nettoyage du verre pour le r√©emploi. Encore plus avec l’√©co-√©nergie qui est reward√©e, donc √ßa cr√©e des √©carts encore plus importants. C’√©tait une de mes nouvelles id√©es pour le verre. Alors il y a d√©j√† des applicateurs qui ont commenc√© √† le mettre en place, mais de fa√ßon… sur des petites unit√©s. L’id√©e √ßa serait de le mettre en place sur quelque chose d’un petit peu plus grand, et d’avoir vraiment un protocole strict en mati√®re d’hygi√®ne, et de vraiment st√©riliser le versant. – D’accord. D’accord.

Guillaume

Tr√®s bien. C’est g√©nial comme projet. Et donc pour l’instant, tu es en phase de devis, tu ne recherches pas de contacts particuliers, √† part pour le financement, donc tu es en contact avec Mimosa, donc ils sont en train de t’accompagner, tu as fait une sorte de page projet chez eux ?

Bertrand

C’est √ßa, ouais.

Guillaume

Ok. Merci beaucoup, Bertrand.

Bertrand

Merci.


Partagez cet article !
%d blogueurs aiment cette page :