Partagez cet article !

Dans cet article, je vous invite à plonger dans l’univers fascinant des abeilles et notamment sur leur organisation incroyable au sein de la ruche. Je vais vous expliquer le fonctionnement de la ruche et le rôle de chaque individu pour assurer la cohésion et le développement de la colonie.

Plongeons ensemble dans le monde des abeilles !

Cet article est le septième article d’une série de 30 articles d’un nouveau format : plus court, plus direct. N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce format en commentaire 😉

La composition d’une ruche

Une ruche est composée de trois castes d’abeilles : la reine, les ouvrières et les faux-bourdons. La reine est la mère de la colonie, les ouvrières sont les travailleuses polyvalentes et les faux-bourdons ont pour unique mission la reproduction.

3 castes colonie abeilles
Dans l’ordre : la reine, l’ouvrière et le mâle

Le rôle de la reine : reproduction et cohésion de la colonie

La reine est la seule membre de la ruche capable de pondre, sans elle, la colonie périclite. Son quotidien est de pondre des œufs pour assurer la survie et le renouvellement de la colonie. Elle peut pondre jusqu’à 2 000 œufs par jour pendant le printemps !

cadre ruche abeille fonctionnement
Arrivez-vous à voir la reine ?

De plus, la reine produit des phéromones pour maintenir la cohésion et l’harmonie au sein de la colonie. Elle peut ainsi réguler le travail des ouvrières en leur faisant changer de tâches selon les besoins. En outre, les phéromones permettent de rassurer la colonie et d’éviter les conflits.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Non, il n’y a pas trop de ruches en ville !

Il arrive que l’apiculteur doive mettre la reine dans une petite cage. En effet, certaines opérations faites par l’apiculteur sont délicates et risquent de blesser la reine, elle est donc protégée dans une cage.

Et c’est impressionnant de voir les abeilles, en quelques secondes, se ruer sur la cage pour prendre soin de la reine !

Les ouvrières : les travailleuses polyvalentes de la ruche

Les ouvrières sont la caste laborieuse dans la colonie. Elles ont un rôle qui évolue selon leur âge. Elles sont tour à tour :

  • nettoyeuse
  • nourrice et éleveuse des larves
  • manutentionnaire pour récupérer le pollen et le nectar rapportés par les butineuses
  • architecte pour construire les rayons de cire
  • ventileuse pour assurer la circulation de l’air dans la ruche
  • gardienne de la ruche
  • butineuse de nectar et pollen

Leur durée de vie varie de 4 à 6 semaines en période de floraison, et jusqu’à 6 mois en hiver.

Leur rôle peut évoluer, c’est-à-dire que les ouvrières peuvent « sauter » plusieurs rôles s’il y a une floraison très importante et qu’il y a un besoin accru de butineuse.

L’inverse est également vrai, car elles peuvent redevenir nourrices s’il y a beaucoup de couvain à élever. Si vous voulez voir de magnifiques photos d’abeilles, je vous invite à lire mon exposé sur l’anatomie de l’abeille ouvrière.

abeille vole fleur butine
Une ouvrière récolte du pollen et du nectar

Les faux-bourdons : une mission unique …

Les faux-bourdons sont les mâles de la colonie. Ils ne sont présents qu’au printemps et en été.

À l’approche de l’hiver, les ouvrières les chassent de la ruche, car ils ne rapportent pas de nectar et sont considérés comme des « bouches inutiles ».

Leur unique objectif est de féconder la reine vierge lors du vol nuptial, la reine n’est fécondée qu’une fois au début de sa vie par une dizaine de mâles. Après cette mission, les faux-bourdons qui ont réussi à féconder la reine meurent.

En temps normal, les mâles vivent environ 2 mois.

faux bourdon mâle main
Un faux bourdon posé sur ma main

Le cycle de vie chez les abeilles

Les colonies d’abeilles vivent au rythme des saisons. En France, en Belgique et en Suisse, il y a 5 phases dans l’année :

  • Hivernage d’octobre à début mars
  • Démarrage de la saison de mars à avril
  • Printemps d’avril, à juin
  • Été de juin à juillet
  • Préhivernage d’août à octobre
schéma cycle colonie abeilles domestiques

Le fonctionnement de la communication au sein de la ruche

La communication entre les abeilles est essentielle pour leur développement et la survie de la colonie. La colonie communique par deux canaux différents: les phéromones et les vibrations/sons.

Les phéromones

Les phéromones jouent un rôle important dans la transmission d’informations. Il y a les phéromones incitatrices qui demandent une action rapide et les phéromones modificatrices qui créent des modifications longues.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   En hiver, comment survivent les abeilles ?

La reine est très importante au niveau phéromonale, car ses phéromones donnent le ton dans l’organisation sociale.

Les vibrations/sons

Il y a plusieurs sons et vibrations produits par la colonie notamment :

  • Le chant de la reine lorsqu’elle naît
  • Les vibrations lorsque la colonie est orpheline de sa reine
  • La danse en forme de « 8 » ou « danse frétillante » qui permet d’indiquer la direction, la distance et la qualité d’une source de nourriture.

Les différents formats de ruche et leur fonctionnement

Il existe plusieurs formats de ruches et des centaines de modèles.

Je classe ses ruches selon 3 formats :

  • le format vertical, on empile les éléments de la ruche les uns sur les autres
  • le format horizontal, la ruche s’étend sur les côtés
  • le format ovale, la colonie est dans un habitacle rond

La ruche traditionnelle, telle que la ruche en paille ou la ruche Warré, privilégie un environnement naturel pour les abeilles. La ruche moderne, comme la ruche Dadant ou la ruche Langstroth, est conçue pour faciliter la récolte du miel et l’entretien par l’apiculteur.

Chaque type de ruche possède ses avantages et inconvénients, mais toutes ont pour objectif de fournir un habitat adéquat pour les abeilles.

différents formats de ruches
Les 3 formats de ruche : vertical, horizontal et ovale

Les menaces pour les abeilles et les ruches

Les abeilles aussi bien domestiques que sauvages font face à de nombreux défis.

Des parasites et des maladies comme le varroa, la loque américaine et la nosémose affectent les abeilles domestiques.

Les pesticides, l’urbanisation, les cultures intensives et la dégradation de l’environnement sont également des menaces pour la survie des colonies d’abeilles.

Pour les aider, il est important de privilégier des pratiques respectueuses de l’environnement, comme l’agriculture biologique, et de favoriser la biodiversité en plantant des fleurs mellifères. La modification des plans d’urbanisme peut également contribuer à créer un équilibre entre nos habitations et la pérennité des populations d’insectes qui sont si petites et pourtant si précieuses.

tracteur pesticides champ illustration
Illustration d’un tracteur qui répand des pesticides dans la nature

Nous venons d’explorer ensemble l’organisation et le fonctionnement de la ruche, j’espère que cet article vous a permis d’avoir une vision plus complète des différentes castes de la colonie.

Je vous encourage à continuer de vous intéresser de plus près à ces insectes fascinants et à agir au quotidien pour les protéger.


Partagez cet article !