mes premieres ruches

Mes Premières Ruches

           apprendre l’apiculture de A à bzzzzzz, ensemble ! 

Partagez cet article !

Je vous partage une réflexion vis-à-vis de l’apiculture: je pense que l’apiculteur peut être à la fois un allié pour les abeilles tout en étant également la cause d’un réel préjudice vis-à-vis d’elles.

Le rôle de l’apiculteur dans la ruche

Je vous propose dans un premier temps de définir le rôle actuel de l’apiculteur avec ses ruches.

apiculteur nuisible abeilles

Fabriquer et maintenir l’état de la ruche

Il n’y a pas d’apiculture s’il n’y a pas d’espace de vie créé pour les abeilles. En effet, comme je l’explique dans cet article qui explique ce qu’est l’apiculture, je la définis comme étant l’art d’élever et de soigner les abeilles en vue d’obtenir de leur travail dirigé le miel, la cire et les autres produits du rucher.

Grâce à cet espace de vie qu’est la ruche, l’apiculteur a un espace de travail. Il veille a créer à ses abeilles un espace de vie agréable, proche de sa condition de vie naturelle tout en étant également pratique à manipuler et déplacer.

Veiller à la bonne santé de ses abeilles

La gestion de l’état sanitaire de ses abeilles est un rôle de plus en plus important pour les apiculteurs actuels. Incontestablement, les abeilles font face à un grand nombre de maladies qui les menacent comme

  • le varroa destructor: un acarien de 2mm. Ce parasite est une sorte de tique qui perce le corps de l’abeille pour en aspirer les corps gras de l’abeille, fragilisant ainsi son état de santé
  • la maladie noire: une maladie virale qui affecte le système nerveux des abeilles
  • les pesticides et produits phytosanitaires et néonicotinoïdes. Ils affectent les colonies, bien qu’il soit difficile de tracer avec rigueur les types (ou cocktail) de molécules qui affectent les abeilles

Il en existe bien d’autres malheureusement.

Nourrir les ruches au besoin

Si les apports en nourriture (pollen et nectar) sont rares à certains moments de l’année, l’apiculteur peut être amené à nourrir ses ruches. A cet effet, il existe le nourrissement liquide, de l’eau mélangé avec du sucre, ou un nourrissement solide, une « brique » de sucre, pour pallier au manque de nourriture dans ses ruches.

miel cadre ruche
Des réserves de miel

Tirer du fruit de ses ruches

Un autre rôle de l’apiculteur, notamment de l’apiculteur professionnel, est de tirer profits de ses ruches. Ce profit passe notamment par la vente de

  • miel
  • pollen
  • gelée royale
  • cire
  • essaim d’abeilles

Et si il n’y avait pas d’apiculteur ?

La question mérite d’être posée. Et si personne ne s’occupait des abeilles ? Comme pour les guêpes, les frelons ou les bourdons qui ne sont pas des insectes d’élevage, imaginons un monde sans apiculteur.

Développement des colonies

La population d’abeille, du fait de l’essaimage qui est une division en deux d’un essaim d’abeilles, continuera de se développer. Toutefois ce développement ne sera pas controlé par l’Homme mais plutôt se fera naturellement donc très sûrement plus lentement.

Gestion des maladies

Si les apiculteurs arrêtaient de s’occuper aujourd’hui de l’état de santé des abeilles, elles connaîtraient une mortalité très très élevée du fait notamment du varroa qui infeste toutes les abeilles mellifères qu’elles sont dans une ruche ou dans la nature. Cet acarien continuera de se répandre allègrement. Ce qui n’est pas une bonne cause. Tandis qu’aujourd’hui, les apiculteurs traitent contre cet acarien avec des produits naturels ou de synthèse.

varroa abeille
Un varroa sur une abeille

Pas de provision, pas de survie !

Et oui, c’est la dure loi de la nature. Si un essaim d’abeilles manque de nourriture et bien il n’aura pas d’autres choix que de mourir.

Protection contre les prédateurs

Les frelons asiatiques, qui ne cessent de se répandre en France et dans le monde, pourront continuer d’exercer une pression sur les essaims d’abeilles. Ils seront moins gênés par les pièges et autres astuces qu’utilisent les apiculteurs pour éloigner les frelons asiatiques et pour diminuer leur nombre

Pas de retour de la part des sentinelles de notre environnement

Les abeilles sont citées comme étant des éclaireuses de l’environnement car la moindre variation de climat, ressources alimentaires ou utilisation de produits de synthèse a un effet rapide et visible sur les chères abeilles. Ce sont elles qui nous disent, avec un temps d’avance, l’évolution de l’état de notre nature.

Du coup, s’il n’y a plus d’apiculteur, il n’y a plus d’observateur de ce qui se passe dans la ruche. Nous perdons alors un précieux « instrument de mesure » sur l’évolution de notre environnement.

Le rôle de l’apiculteur, entre bénéfices et préjudices

L’apiculture: un éveil à la nature

L’apiculture est un lien pour beaucoup d’entre nous, un lien qui unit la nature et l’homme. Sans l’activité pollinisatrice des abeilles (domestiques et sauvages) nous perdons une très grande majorité de nos ressources alimentaires dépendant de la fécondation des fleurs

Contraindre la nature

On peut critiquer pareillement l’apiculture comme une activité contraignant la nature. Le changement de reine, comme sur cette vidéo, le nourrissement par des produits de substitution, la division des ruches, la récolte du miel, le traitement avec des produits contre les maladies de l’abeilles peuvent être perçues comme des contraintes à l’égard des abeilles.

Des abeilles rentrent dans un tronc d'arbre
Un essaim d’abeilles dans un tronc d’arbre

Avons-nous seulement la réponse à ces questions ?

Pouvons-nous vraiment savoir si ce que nous, apiculteurs, causons aux abeilles ?

Pouvons-nous connaître avec certitude, la portée de nos actions lorsque nous agissons sur nos ruches ?

Je pense que oui. L’Homme a, par nature, une vision courte. Il essaye de réparer rapidement des problèmes sans voir si ces problèmes pourront aggraver la situation dans les prochaines années. Ce fut le cas par exemple avec un traitement contre le varroa, un antipuce pour chiens, qui était recommandé dans les années 1980 et qui aujourd’hui est interdit d’utilisation pour traiter contre ce terrible nuisible.

Oui, l’action de l’homme a un impact négatif sur nos abeilles. Prenons l’exemple le varroa est s’est répandu par l’action d’apiculteurs qui voulaient utiliser une race d’abeilles qui étaient les porteuses naturelles de cet acarien. Ou encore avec le frelon asiatique a été accidentellement transporté jusqu’en France dans un conteneur qui est arrivé dans le sud ouest de la France.

Malgré tout, je crois profondément que l’apiculture, si elle est pratiquée avec rigueur, réflexion et sérieux, peut être utile à notre monde. Elle peut mieux nous faire connaître notre nature et les interactions entre les insectes et les plantes. Elle peut également continuer d’éveiller les consciences sur l’importance des pollinisateurs sur notre alimentation et sur la diversité de notre flore.

Continuons d’améliorer notre manière de faire avec nos abeilles !


Partagez cet article !
%d blogueurs aiment cette page :