Partagez cet article !

Le frelon asiatique, cet envahisseur redouté, a fait beaucoup parler de lui depuis son apparition en France. D’où vient-il vraiment et comment se différencie-t-il de notre frelon européen natif? À travers cet article, nous explorerons l’origine de ce prédateur, son cycle de développement, son régime alimentaire, ainsi que les moyens mis en place pour contrer sa prolifération.

Découvrez les enjeux autour de ce nouvel acteur du monde apicole français.

Origine naturelle du Frelon Asiatique

Le frelon asiatique, une redoutable espèce envahissante qui envahit l’Europe depuis son arrivée en France en 2004, trouve ses origines dans des territoires bien éloignés.

Alors, d’où vient vraiment ce prédateur ?

Origines géographiques

Le frelon asiatique est originaire du nord de l’Inde, de la Chine et des montagnes d’Indonésie. Ces régions, riches en biodiversité, ont offert à cette espèce un habitat propice à son développement et à sa prolifération.

Zones climatiques

L’Asie, vaste continent aux nombreux visages, présente une diversité climatique remarquable. Le frelon asiatique s’est adapté à plusieurs de ces climats.

Climat Tropical

Le frelon asiatique est bien présent dans certaines zones tropicales d’Asie, comme certaines îles indonésiennes. Ces zones, caractérisées par une chaleur et une humidité constantes, offrent des ressources abondantes tout au long de l’année.

Climat Continental

Il s’étend également dans des zones au climat continental, notamment dans des régions telles que l’Afghanistan, le nord de l’Inde, et de vastes étendues de la Chine. Ces zones, marquées par des variations saisonnières prononcées, ont forgé la résilience et l’adaptabilité du frelon asiatique.

La propagation rapide du frelon asiatique en territoire européen témoigne de sa capacité d’adaptation exceptionnelle à de nouveaux environnements climatiques

Le frelon asiatique et l’Apis cerana

L’Apis cerana, une des 9 espèces d’abeilles du genre apis, partage son habitat originel avec le redoutable frelon asiatique, Vespa velutina.

Apis Cerana sur une fleur de rhododendron
Apis cerana

Ces deux espèces ont coexisté pendant des millénaires, ce qui a permis à l’abeille asiatique de développer des stratégies de défense uniques contre ce prédateur.

Lorsqu’un frelon asiatique se pose près d’une colonie d’Apis cerana, les abeilles forment une « boule d’abeilles » autour du frelon. En utilisant cette technique, elles entourent et étouffent le frelon en augmentant la température à l’intérieur de cette boule, ce qui conduit finalement à la mort du frelon. Cette surchauffe est tolérée par les abeilles, mais est fatale pour le frelon.

Les abeilles asiatiques, apis cerana, ont également développer une comportement de battement d’ailes synchronisé pour repousser et désorienter les frelons qui s’approchent.

Ces comportements montrent à quel point l’évolution a façonné des interactions complexes et fascinantes entre ces deux espèces, chacune cherchant à assurer sa survie

Comment le Frelon Asiatique est arrivé en France ?

Le débarquement du frelon asiatique en France

Il était une fois …

C’était en 2004, dans le Lot et Garonne (Sud-Ouest de la France).

Un conteneur transportant des pots et théière en céramique commandé par un pépiniériste arrive dans l’Hexagone.

Arrivée frelon asiatique france
Une reine frelon asiatique est arrivée cachée dans un conteneur 😫

Sauf que le conteneur hébergeait également une reine frelon asiatique fécondée (Vespa velutina). Une fois le conteneur ouvert, elle est sortie afin de pondre ses oeufs.

Naturellement, le frelon asiatique est présent en Asie Centrale et en Asie du Sud-Est.

Chaque année, depuis 2004, l’invasion du frelon asiatique gagne de plus en plus le territoire ainsi que les pays voisins. En effet, il est présent en Espagne, Belgique, Allemagne, Italie, Portugal.

Carte de l’invasion du frelon asiatique

Des tests ADN ont démontré que l’implantation des frelons asiatiques est dû à une seule reine frelon asiatique

« Tous issus d’une seule et même femelle fondatrice ». Durant trois ans, Mariangela Arca a étudié l’ADN de 170 frelons asiatiques, dont 83 en France et 87 dans la zone d’origine de l’insecte, en Chine, au Vietnam et en Indonésie.

Et l’hypothèse, inimaginable jusqu’à présent, qu’une seule femelle puisse être à l’origine de l’invasion de ces « ogres d’Asie » en Europe, s’est confirmée.

« En analysant un marqueur présent sur l’ADN des mitochondries des cellules, donc uniquement transmis par la mère, nous nous sommes aperçus que tous les individus présents dans l’Hexagone possédaient exactement la même séquence.

Ils semblent donc tous être issus d’une seule et même femelle fondatrice », rapporte Mariangela Arca (European Medicines Agency) , contactée par Le Monde.

Invasion du frelon asiatique en France et ailleurs

Voici un bref historique de l’invasion du frelon asiatique en France et en Europe

France

  • 2004 – Lot-et-Garonne (Aquitaine) : La première détection du frelon asiatique en Europe a eu lieu à Agen dans le département du Lot-et-Garonne. On pense qu’il est arrivé par le biais de marchandises importées de Chine.
  • 2006-2007 : La présence du frelon asiatique a été confirmée dans plusieurs départements voisins en Aquitaine.
  • 2008-2010 : Le frelon s’est étendu à la majorité des régions du Sud-Ouest de la France.
  • 2011-2014 : Il a continué sa progression vers le nord et l’est, colonisant des régions comme la Bretagne, le Centre-Val de Loire, et la Bourgogne-Franche-Comté.
  • 2015 et au-delà : Le frelon asiatique est présent dans presque toute la France, y compris des régions plus au nord comme les Hauts-de-France et la Normandie.
Carte invasion frelon asiatique en France et en Europe
Carte de la présence du frelon asiatique – Source : https://frelonasiatique.mnhn.fr/

Europe

  • Espagne (2004-2010) : Peu après sa détection en France, le frelon asiatique a été observé dans le nord de l’Espagne. Il s’est depuis largement répandu dans le pays.
  • Portugal (2010-2014) : La progression vers le sud a amené le frelon asiatique au Portugal.
  • Belgique (2011) : Le frelon asiatique a été détecté pour la première fois en Belgique en 2011 et s’est depuis établi dans le pays.
  • Italie (2012) : L’Italie a signalé la présence du frelon asiatique dans le nord du pays à partir de 2012.
  • Allemagne (2014) : Détecté pour la première fois en 2014, il continue de se propager dans le pays.
  • Royaume-Uni (2016) : Les premières détections au Royaume-Uni ont eu lieu en 2016, principalement dans le sud du pays.
  • Autres pays : Au fil des années, le frelon asiatique a également été signalé dans d’autres pays, notamment les Pays-Bas, le Luxembourg et la Suisse.

Pourquoi le frelon asiatique est dite « espèce nuisible » en France ?

Le frelon asiatique est considéré comme une « espèce nuisible » en France pour plusieurs raisons majeures.

Le frelon asiatique est un prédateur redoutable des abeilles à partir du mois d’août jusqu’au début de l’hiver. Il se positionne en vol stationnaire devant l’entrée des ruches et capture de manière efficace les abeilles butineuses chargées de pollen.

prédation frelon asiatique apis mellifera

Après avoir tué l’abeille, il la découpe et rapporte le thorax au nid. Cette chasse intensive stresse les abeilles, ce qui diminue leurs sorties et, par conséquent, la récolte de nectar et de pollen.

C’est particulièrement préjudiciable à une période où les abeilles élèvent leurs dernières ouvrières de l’année et constituent leurs réserves. Si une ruche est affaiblie, les frelons peuvent même entrer à l’intérieur et la détruire entièrement.

D’un point de vue administratif, le frelon asiatique est classé comme un danger sanitaire de deuxième catégorie pour l’abeille domestique, Apis mellifera, sur tout le territoire français.

Ce classement signifie qu’il est essentiel de mettre en place une stratégie nationale pour prévenir, surveiller et lutter contre cette menace. Bien que la filière apicole soit responsable de cette stratégie, l’État peut intervenir en apportant un soutien réglementaire. Cela peut inclure l’imposition de certaines actions de lutte contre le frelon asiatique.

Ces mesures, souvent effectuées par des organismes spécifiques, sont financées par les apiculteurs.

Les dangers sanitaires de deuxième catégorie, comme le frelon asiatique, nécessitent des mesures de prévention, de surveillance ou de lutte pour protéger l’intérêt collectif, notamment la survie des abeilles et la pérennité de l’apiculture.

Était-ce inéluctable ?

L’arrivée du frelon asiatique en France et en Europe devait-elle, de toute manière, se produire ?

Est-ce que cela aurait pu se produire plus tôt ?

Difficile à dire

Peut-être que s’il n’était pas arrivé par conteneur, il aurait pu arriver par transport aérien. Qui sait ?!

En tout cas, l’arrivée du frelon asiatique en France fait écho à d’autres épidémies qui se sont répandues à cause de la mondialisation.

La mondialisation se caractérise par une augmentation des échanges commerciaux, du transport de biens, de la mobilité humaine et de l’intégration des marchés. Elle a certes de nombreux effets positifs, mais elle a également facilité la propagation de maladies et d’espèces envahissantes.

Voici une liste de maladies et de fléaux qui se sont répandus, du moins en partie, à cause de la mondialisation :

  1. Nous avons l’exemple récent du COVID19, causé par le coronavirus SARS-CoV-2. Il a émergé à la fin de l’année 2019 à Wuhan, en Chine. En quelques mois, la maladie s’est propagée à l’échelle mondiale, entraînant une pandémie sans précédent au 21e siècle. Les voyages internationaux et la mondialisation ont joué un rôle crucial dans la propagation rapide du virus. Les aéroports, les centres de transport et les lieux très fréquentés sont devenus des points chauds pour la transmission.
  2. Grippe espagnole (H1N1, 1918): Bien qu’il y ait eu des pandémies avant la mondialisation moderne, la grippe espagnole s’est répandue rapidement en raison des déplacements de troupes pendant la Première Guerre mondiale, un exemple précoce de propagation rapide de maladies à l’échelle mondiale.
  3. VIH/SIDA: Originaire d’Afrique, le VIH s’est propagé mondialement à partir des années 1980, en partie à cause des voyages internationaux, des échanges commerciaux et de la mondialisation.
  4. SARS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère): Émergé en 2002 en Chine, le SARS s’est rapidement propagé à d’autres pays via le transport aérien.
  5. Grippe H1N1 (2009): Une nouvelle souche de H1N1, différente de celle de 1918, a émergé au Mexique et s’est rapidement propagée à l’échelle mondiale, en grande partie en raison des voyages aériens.
  6. Chikungunya: Originellement présent en Afrique et en Asie, il a commencé à se propager à d’autres continents dans les années 2000 et 2010, probablement à cause de la mondialisation.
  7. Zika: Transmis par le moustique Aedes aegypti, le virus Zika s’est propagé en Amérique du Sud et en Amérique centrale dans les années 2010.
  8. Écrevisse américaine: originaire d’Amérique du Nord, elle a été introduite en Europe, où elle est devenue une espèce invasive, perturbant les écosystèmes locaux.
  9. Le longicorne asiatique: Ce coléoptère envahissant est originaire d’Asie et est nuisible pour de nombreux types d’arbres. Il a été accidentellement introduit aux États-Unis et en Europe par des conteneurs de marchandises.
  10. Ambroisie à feuilles d’armoise: originaire d’Amérique du Nord, cette plante s’est répandue en Europe, où elle provoque des allergies chez de nombreuses personnes.

Ces différentes propagations de maladies et d’espèces invasives ne peuvent généralement pas être attribuées uniquement à la mondialisation.

D’autres facteurs, tels que les changements climatiques, les modifications des écosystèmes locaux et le comportement humain, jouent également un rôle dans ces propagations.

Différences entre le frelon asiatique et le frelon européen

Le frelon est un insecte impressionnant qui appartient à la famille des hyménoptères, tout comme les abeilles et les guêpes.

Cependant, il convient de distinguer le frelon asiatique du frelon européen, même s’ils partagent la même famille. Le frelon européen, également connu sous le nom de Vespa crabro, est originaire d’Europe et est présent sur le continent depuis des millénaires. Le frelon européen fait intégralement partie de l’écosystème local et a cohabité avec d’autres espèces pendant des milliers d’années. Il s’est acclimaté avec les forêts et les régions boisées de France et d’autres pays européens.

Frelon européen Vespa crabro

Frelon européen (Vespa crabro)

Il s’agit de la plus grande guêpe d’Europe, mesurant de 2 à 3 cm pour les ouvrières et jusqu’à 3,5 cm pour les reines.

Sa coloration va de l’orangé au rouge brun avec des bandes plus foncées sur le corps.

Frelon asiatique (Vespa velutina)

Plus petit que son homologue européen, il mesure entre 1,8 et 2,5 cm pour les ouvrières et peut atteindre 3 cm pour les reines.

Sa couleur est principalement sombre, presque noire, et ses pattes sont brunes avec l’extrémité jaune.

frelon asiatique vespa velutina

Cycle de développement du frelon asiatique

Comprendre le cycle de vie et ses habitudes est essentiel pour mieux savoir comment réagir avec cet insecte et assurer sa gestion.

Hiver (mi-décembre à mi-février)

Un sommeil profond

Durant l’hiver, les reines fécondées à l’automne précédent entrent en hibernation.

Cherchant protection contre le froid, elles trouvent refuge dans divers abris naturels comme les souches d’arbres, des cavités ou sous des tas de feuilles.

hivernage frelon asiatique souche
Les reines frelon asiatiques peuvent hiberner dans des souches d’arbres

Ce temps de repos est crucial pour leur survie et beaucoup d’autres espèces d’hyménoptères comme les bourdons ou encore les guêpes ont le même mode d’hivernage.

Fondation (mi-février à début mai)

Les prémices d’une nouvelle colonie

Au printemps, lorsque les températures commencent à se réchauffer, les reines sortent de leur sommeil hivernal.

Chacune part à la recherche d’un site idéal pour fonder sa propre colonie. Elle édifie alors un petit nid primaire, que l’on peut parfois trouver dans des lieux abrités tels qu’une haie, un arbre, ou même sous un toit. Dans ce nid, la reine pond ses premiers œufs, qui, après éclosion, sont nourris par elle-même à base d’insectes chassés.

Ces larves seront les premières ouvrières de la colonie.

Croissance (début mai à début août)

L’expansion de la colonie

Avec l’arrivée de l’été, les premières ouvrières émergent et prennent le relais de la reine dans de nombreuses tâches.

ouvrières frelons asiatiques
Agrandissement du nid

Les ouvrières agrandissent le nid, chassent pour nourrir les larves, et défendent la colonie contre les éventuels prédateurs. Pendant ce temps, la reine, bien à l’abri dans le nid, se consacre exclusivement à la ponte, contribuant ainsi à une croissance rapide de la colonie.

Taille maximum (début août à mi-septembre)

Apogée de la colonie

Vers la fin de l’été, la colonie atteint sa taille maximale. Certains nids peuvent abriter plusieurs milliers d’individus. À ce stade, le nid commence à produire des mâles et de nouvelles reines.

Leur mission est de s’accoupler pour perpétuer l’espèce.

Une fois cette tâche accomplie, les mâles meurent, ayant rempli leur unique rôle. Tout comme les faux bourdons dans une colonie d’abeilles

Reproduction (mi-septembre à mi-décembre) :

Cycle de la vie

La fin de l’automne signe le commencement d’un nouveau cycle. Les reines fécondées cherchent des endroits pour hiverner, tandis que les ouvrières, ainsi que la vieille reine, meurent avec l’arrivée du froid.

Seules les nouvelles reines, robustes, survivent, marquant ainsi le début d’un autre cycle l’année suivante.

La vie du frelon asiatique est donc rythmée par ces cycles saisonniers, passant de la reproduction à l’hibernation, puis à la construction de nids et à l’élévation des nouvelles générations.

Les nids du frelon asiatique

Un élément distinctif du frelon asiatique est la manière dont il construit ses nids.

Ils sont fabriqués à partir de fibres de cellulose mâchées, la cellulose est un élément naturel très répandu qui est un peu comme le « squelette » des plantes.

La définition stricto sensu de cellulose est « substance constitutive des parois des cellules végétales »

Les nids sont des prouesses architecturales.

Au début, ils ressemblent à la taille d’une orange, mais peuvent atteindre un mètre de hauteur lorsque la colonie est à son apogée.

Les nids primaires sont souvent érigés dans des endroits abrités, tandis que, plus tard dans la saison, la colonie peut déménager dans un nid secondaire, généralement plus grand et en extérieur.

nid étages frelon asiatique
Nid de frelons asiatiques coupé en deux

La position de l’entrée diffère également selon qu’il s’agisse d’un nid de frelons asiatiques (sur le côté) ou européens (en dessous). Mais, quel que soit leur aspect, ces nids sont le témoignage du génie naturel du frelon asiatique.

Régime alimentaire : Que mange le Frelon Asiatique ?

Le frelon asiatique, Vespa velutina, est un prédateur carnivore doté d’un régime alimentaire diversifié. Il ne se limite pas uniquement aux abeilles, bien qu’elles constituent une part importante de son menu.

Ces frelons chassent également d’autres insectes, tels que les guêpes, mouches, papillons et chenilles, et ne dédaignent pas s’attaquer aux araignées, voire prélever de la chair sur des cadavres de vertébrés, ou encore sur les poissons et crevettes.

Les proies qu’il capture, particulièrement le thorax des abeilles, sont principalement destinées à nourrir les larves au sein du nid. Ces larves ont besoin à la fois de sucre et de protéines pour se développer.

larves frelons asiatiques
Larves de frelons asiatiques

Pour leur part, les adultes du frelon asiatique ont un penchant pour les liquides sucrés, comme le nectar, le miellat ou le miel. À l’approche de l’automne, ils se délectent également de la chair juteuse des fruits mûrs, tels que les pommes, figues, prunes et raisins. Ce changement de régime peut d’ailleurs causer des dommages significatifs dans les vergers.

Ce comportement alimentaire a des conséquences directes sur la biodiversité locale.

En effet, le frelon asiatique, en tant qu’espèce envahissante, peut entrer en compétition directe avec le frelon européen pour les mêmes ressources alimentaires.

Il n’est donc pas surprenant de constater une baisse des populations du frelon européen dans les zones où le frelon asiatique s’implante.

Pour les apiculteurs, cette prédation sur les abeilles est particulièrement problématique, d’autant plus que le frelon asiatique a développé des stratégies efficaces pour les chasser, utilisant sa grande taille, sa stabilité de vol et ses larges pattes pour capturer ses proies avec aisance.

Les faiblesses du Frelon Asiatique

Bien que le frelon asiatique soit un prédateur redoutable qui pose des problèmes en Europe, notamment en France, il n’est pas sans vulnérabilités.

Voici un résumé de l’ensemble des prédateurs et conditions qui peuvent affaiblir le frelon asiatique en France et ailleurs

Les prédateurs naturels

  • Oiseaux : Quelques espèces d’oiseaux, telles que la Pie-grièche écorcheur, le Guêpier d’Europe et les mésanges, se nourrissent activement de larves et d’insectes, y compris le frelon asiatique. Néanmoins, c’est principalement la Bondrée apivore qui est capable d’attaquer des nids entiers de frelons, même lorsqu’ils sont défendus par des adultes. Toutefois, la présence sporadique de ces prédateurs aviaires en Europe limite leur impact sur les populations de frelons asiatiques.
  • Plantes carnivores : La sarracenia est une plante carnivore que l’on retrouve dans certains parcs et jardins. En 2015, une découverte intéressante a été faite à Nantes, où il a été observé que ces plantes capturaient et consommaient des frelons asiatiques.
  • Poule noire de Janzé : Cette race de poule, bien que curieuse par sa prédation potentielle du frelon asiatique, reste encore un sujet de débat parmi les apiculteurs quant à son efficacité réelle contre le frelon, surtout en proximité des ruches.
sarracenia
Sarracenia (source)

Conditions climatiques défavorables

Les frelons asiatiques sont sensibles aux conditions hivernales rigoureuses. Un hiver particulièrement froid peut décimer les reines qui hibernent, impactant ainsi la reproduction et l’émergence de nouvelles colonies au printemps.

Autres vulnérabilités spécifiques

Après la sortie d’hiver, les reines sont particulièrement vulnérables. Les apiculteurs peuvent en profiter pour mettre en place des pièges, visant à capturer ces reines. En effet, piéger une reine empêche la formation d’un nouveau nid.

Pièges posés par l’apiculteur

Les apiculteurs ont élaboré divers pièges pour contrecarrer la menace des frelons asiatiques. Une caractéristique intéressante du comportement du frelon est que si un frelon asiatique ouvrière est piégé, d’autres viendront, car ils sont attirés par les phéromones émises par un frelon à l’agonie. Cela augmente l’efficacité de ces pièges 😄

piege velutina frelon asiatique europeen
Un de mes pièges pour capturer les frelons (source)

Piégeage sexuel

De nouveaux types de pièges sont en cours d’élaboration comme des pièges phéromonaux afin d’attirer les frelons asiatiques mâles et donc réduire la fécondité des reines.

Les phéromones sont des substances produites par un animal, comme une odeur, qui influence le comportement de ses semblables.

Une récente collaboration franco-chinoise entre l’Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte (CNRS/Université de Tours) et le Xishuangbanna Tropical Botanical Garden en Chine apporte une lueur d’espoir.

Ce partenariat a permis d’identifier la phéromone sexuelle du frelon asiatique et de la tester en tant qu’appât sur le terrain, en Chine et en France. Les résultats, publiés dans la revue Entomologia Generalis, montrent que cet appât phéromonal attire de nombreux mâles pendant la période de reproduction (de septembre à novembre).

L’utilisation de cette phéromone offre un avantage majeur : elle est spécifique au frelon asiatique et ne cible donc que les mâles de cette espèce, sans impacter d’autres insectes.

L’objectif est de piéger ces mâles avant qu’ils ne s’accouplent avec les futures reines. Une absence d’accouplement, ou un accouplement insuffisant conduiraient à une réduction du nombre de colonies de frelons.

De plus, l’accouplement entre membres d’une même famille (consanguinité) pourrait également entraîner une baisse de la taille et du nombre de colonies à long terme.

Le cheval de Troie

Un autre piège existe pour lequel je suis très, très, très sceptique.

Il consiste à capturer un frelon asiatique vivant, de lui verser sur l’abdomen une goutte d’un produit antipuces pour chien (si, si) et de le relâcher. Il avoir le rôle du cheval de Troie.

Le frelon asiatique contaminé par le produit va retourner au nid et il va ensuite diffuser le produit dans tout le nid. Et ce produit est si efficace que le nid va être détruit chimiquement avec cet acaricide.

C’est bien beau comme solution par contre je me pose la question de l’impact que ce produit a sur les oiseaux, insectes, mammifères qui vont ensuite manger les frelons morts ? Y a-t-il des traces de produits sur eux ? Ces autres animaux vont-ils mourir ou souffrir à cause du produit ? 🤔

Lutte contre l’envahisseur : Qui sont les acteurs ?

L’invasion du frelon asiatique en France pose de sérieux problèmes écologiques, économiques et sanitaires. De nombreux acteurs, allant des instances gouvernementales aux citoyens, sont mobilisés pour endiguer sa progression.

Présentation des organismes et associations engagés dans la lutte

L’un des principaux acteurs dans cette lutte est la Fédération Régionale des Groupements de Défense Sanitaire (FRGDS).

Ces organismes ont reçu, grâce à des arrêtés préfectoraux, la lourde tâche d’organiser et de coordonner les travaux de lutte contre le frelon asiatique sur leurs territoires respectifs.

Leur rôle englobe la prévention, la surveillance, ainsi que la mise en place de mesures concrètes pour contrer la propagation de l’espèce invasive.

signalement frelon asiatique
Le réseau des Groupements de Défense Sanitaire

D’autre part, la plateforme frelonsasiatiques.fr est une initiative louable qui facilite le signalement des nids ou de la présence d’individus de frelon asiatique dans différentes régions. Elle permet une réactivité accrue et une centralisation des informations, essentielles pour une action efficace.

En outre, les régions françaises jouent également un rôle crucial. Elles peuvent, par exemple, allouer des fonds pour financer la destruction des nids, contribuant ainsi activement à la réduction de la population de frelons asiatiques.

C’est le cas de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui finance la plateforme de signalement frelonsasiatiques.fr dont j’ai parlé juste avant.

Méthodes et stratégies utilisées pour contrôler la propagation

Méthode 1 : Repérer les nids de frelons et les faire détruire

L’une des stratégies les plus efficaces pour contrôler la propagation du frelon asiatique est de repérer rapidement leurs nids. À cet égard, les citoyens ont un rôle essentiel à jouer. Chaque individu peut signaler la présence d’un nid à sa commune, ce qui permet ensuite une intervention rapide pour sa destruction.

nid frelon asiatique France

Méthode 2 : Piéger autour des ruchers

Étant donné que le frelon asiatique est un prédateur redoutable des abeilles, la pose de pièges sélectifs autour des ruchers est une technique privilégiée. Cela permet non seulement de protéger les colonies d’abeilles, mais également de réduire la population de frelons asiatiques.

Méthode 3 : Protéger les ruches

La protection physique des ruches contre le frelon asiatique est également une approche adoptée par de nombreux apiculteurs.

Des grilles spéciales, ne laissant passer que les abeilles, peuvent être installées à l’entrée des ruches pour empêcher les frelons d’y pénétrer.

Ou encore, certains apiculteurs installent des grillages autour de leurs ruches pour créer un périmètre de sécurité pour les abeilles

protection planche envol ruche

En conclusion, la lutte contre le frelon asiatique en France est une responsabilité collective, qui nécessite la mobilisation de divers acteurs. Grâce à une collaboration efficace entre organismes officiels, associations et citoyens, des avancées notables sont constatées dans la maîtrise de ce fléau.

Malgré les défis que le frelon asiatique pose à l’apiculture en France, il est essentiel de se rappeler que la connaissance est la première étape pour trouver des solutions. En comprenant mieux cet insecte, son origine, et ses faiblesses, nous sommes mieux armés pour protéger nos abeilles. De nombreux acteurs sont déjà engagés dans cette lutte, et avec un effort commun et coordonner, nous pouvons espérer un avenir plus serein pour l’apiculture et également pour le maintien des autres espèces d’insectes.

Sources

  • https://frelonasiatique.univ-tours.fr/biologie.html
  • https://frelonasiatique.mnhn.fr/identification/
  • https://www.pasdecalais.fr/Environnement-Cadre-de-vie/Les-insectes-pollinisateurs/Frelon-asiatique-comment-l-identifier
  • https://lemagdesanimaux.ouest-france.fr/dossier-1533-reproduction-cycle-vie-frelon-asiatique.html
  • https://frelonasiatique.mnhn.fr/biologie/
  • https://www.lot.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_descriptive_frelon.pdf
  • https://allo-frelons.fr/les-predateurs-du-frelon-asiatique
  • https://frelonasiatique.mnhn.fr/lutte/

Partagez cet article !